Home Société Afrique Cameroun > Dialogue intercommunautaire: Le Redhac rassemble l’Afrique centrale à Ngaoundéré
Afrique - 16 septembre 2021

Cameroun > Dialogue intercommunautaire: Le Redhac rassemble l’Afrique centrale à Ngaoundéré

« L’engagement de la jeune fille et de la femme pour la paix durable et la réconciliation nationale en Afrique centrale : notre responsabilité collective ! »

C’est le thème central du dialogue intercommunautaire pour la paix et la réconciliation nationale qui a débuté, mercredi à Ngaoundere. Organisé par le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), l’objectif est de renforcer les capacités de la jeune fille et de la femme défenseure des droits humains en matière de protection physique et de sécurité des données en ligne.

Eu égard à la recrudescence des crises sécuritaires et sociopolitiques en Afrique centrale (référence faite aux atrocités de la secte islamiste et terroriste Boko Haram et à la crise anglophone dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest), le Redhac a fait de la paix et de la sécurité son cheval de bataille ces dernières années. Toute chose justifiant l’organisation des activités phares ayant été adoptées dans son plan d’action lors de son 10ème anniversaire et de son assemblée générale du 18 au 20 novembre 2019.

Pour y parvenir, Maximilienne Ngo Mbe, Directrice exécutive du Redhac et son staff ont identifié les acteurs de mise en œuvre au rang desquels figurent la société civile œuvrant dans le domaine et les actrices féminines qui sont les premières victimes des conflits sécuritaires et sociopolitiques que traverse l’Afrique centrale et, singulièrement, le Cameroun et la République centrafricaine.

Le dessein principale de ce dialogue intercommunautaire consiste à sensibiliser et à mobiliser des jeunes filles et des femmes afin qu’elles soient au centre du processus de prévention, de résolution des conflits et de consolidation de la paix et de la réconciliation nationale.

Deux objectifs spécifiques sont assignés à cette échange discursif : le 1er consiste à mettre ensemble les Camerounais vivant dans les zones en conflit ou non afin de partager les expériences et les bonnes pratiques des crises sécuritaires et sociopolitiques, qui ébranlent le Cameroun. Histoire de poser les jalons de la commission Vérité-justice et réconciliation et d’élaborer des propositions concrètes pour la résolution desdits conflits et l’avènement d’une paix durable et de la sécurité humaine.

Le second objectif spécifique non des moindres que vise à atteindre le Redhac est de doter les jeunes files et femmes défenseures des droits humains et les journalistes d’outils pratiques pour renforcer leurs capacités en matière de protection physique et de sécurité des données en ligne, ceci au travers d’un manuel singulier élaboré par le Redhac.

Soixante participants ont contribué à ces échanges au rang desquels figurent des chefs traditionnels, des leaders religieux, des autorités administratives, des acteurs politiques, des jeunes, des femmes et des journalistes. Meublent les échanges, Dr Pierre Flambeau Ngayap, enseignant de Droit public à l’Université de Yaoundé II-Soa, et, parallèlement, conseiller de la présidente du conseil d’administration du Redhac, Jacques Ebwea Mbappe, enseignant de Droit à l’Université de Buea et expert formateur et Barrister Gladys Mbuya, avocate au barreau du Cameroun.

Serge Aimé Bikoi à Ngaoundéré, Envoyé spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Usa > Tribute to Colin powell: It was true, of course, but he was far more than that

Years ago, when he was asked to reflect on his own life, General Colin Powell described hi…