Home Politique Afrique Cameroun > Diplomatie: Komidor Njimoluh Hamidou, le diplomate de mission en poste à Alger
Afrique - 11 février 2021

Cameroun > Diplomatie: Komidor Njimoluh Hamidou, le diplomate de mission en poste à Alger

L’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire désigné du Cameroun en République Algérienne Démocratique et Populaire a présenté cette semaine, les copies figurées de ses lettres de créance au Ministre algérienne des Affaires étrangères.

Muté à la faveur du Décret présidentiel du 19 août 2020 à Alger après plus d’une décennie passé à Brazzaville, ce n’est qu’à la fin du mois de janvier dernier que Son Excellence Dr Komidor Njimoluh Hamidou a pu rejoindre sa ville de fonction.

Le diplomate était encore au Cameroun pour des raisons administratives et aussi de contrainte de restriction due à la pandémie à coronavirus. Aussitôt arrivé dans la capitale algérienne, le diplomate a été reçu le 09 février 2021 par Son Excellence Sabri Boukadoum, Ministre Algérienne des Affaires Etrangères à qui il a présenté les copies figurées de ses lettres de créance.

Le diplomate a par la suite entamé les audiences de prise de contact auprès des autorités locales, des Chefs de Missions et Représentants des Organisations Internationales à Alger selon les usages en la matière. Cette audience marque sa prise officielle de fonction en attendant la réception par Abdelmadjid Tebboune, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire selon le calendrier de ce dernier pour la présentation des lettres de créance.

S.E Hamidou Komidor Njimoluh est désormais en poste comme le sixième plénipotentiaire de son pays en Algérie. Il est vivement attendu dans la redynamisation des relations diplomatiques entre Yaoundé et Alger vieilles de plusieurs décennies. Le spécialiste des Sciences politiques arrive dans ce pays au moment où l’Algérie fait une mue dans sa coopération avec le reste du continent. 

Le come-back de l’Algérie sur la scène africaine.

Le nouveau Chef de l’Etat algérienne a longtemps dévoilé ses intentions de repositionner l’Algérie sur la scène diplomatique africaine. Pour le nouvel homme fort d’Alger, il est nécessaire pour son pays de se tourner vers le reste du continent. Il s’inscrit dans une rupture de plusieurs années de replie.

En Afrique l’Algérie a été davantage présente dans le domaine institutionnel qu’en bilatéral. Elle s’est fortement illustrée par son bras de fer avec le Maroc sur le conflit du Sahara occidental. Il n’en demeure pas moins qu’Alger a privilégié les médiations dans lesquelles il excelle.

Ce pays du Maghreb s’est illustré comme grand médiateur au sein de l’Organisation de l’Unité Africaine, du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) et de l’Organisation pour la Coopération Islamique (OCI) pour ne citer que ces organisations communes aux deux pays.

Le Président Abdelaziz Bouteflika a d’ailleurs été Président de l’Oua et a joué un important rôle dans la transformation de cette organisation régionale en Union Africaine (UA). Il a fait d’Alger un carrefour de négociation pour les conflits qui déchirent la corne de l’Afrique ou le Sahel.

Une vue de l’ambassade du Cameroun en Algérie.

Cet intérêt revêt un caractère stratégico-diplomatique. En effet, l’Algérie est appelée à diversifier ses activités afin de réduire la dépendance à la rente pétrolière et gazière qui représente 60% du budget de l’Etat et 90% des recettes d’exportation. Il a inéluctablement besoin des nouveaux marchés et des nouveaux partenaires en Afrique.

L’Algérie connue par sa politique migratoire répressive marquée par des expulsions et les récits des clandestins subsahariens est tristement connue comme beaucoup de pays du Maghreb de raciste. Elle gagnerait à se défaire de cette image que l’on lui colle à tort ou à raison.

Komidor Njimoluh, le diplomate en mission

Certaines ont vite fait de penser que la mutation du Dr Hamidou Komidor Njimoluh de Brazzaville pour Alger était un désaveu parce que pensent-ils, la coopération Camerouno-algérienne est moins intense que celle entre le Cameroun et le Congo.

Cette absurde comparaison pleine de naïveté est à balayer rapidement au regard des nouveaux enjeux de la politique africaine de l’Algérie.  Le Cameroun et l’Algérie entretiennent des relations vieilles de plusieurs décennies qui n’ont eu de cesse de se renforcer. Ces relations n’ont pas cessé de se forger dans l’histoire puisqu’elles remontent à la lutte pour le recouvrement des indépendances et se sont ensuite développées à la faveur de l’œuvre commune pour le renouveau de l’Afrique. Le

Cameroun et l’Algérie ont toujours entretenu une coopération fructueuse dans plusieurs domaines notamment militaire, médical, agricole, etc. les deux pays partagent une grande expérience dans la lutte contre le terrorisme. C’est sans doute la raison pour laquelle, plusieurs stagiaires militaires camerounais ont suivi des formations dans les académies militaires algériennes.

L’Algérie s’est toujours montrée entièrement disposée à partager son expérience et son expertise en matière de lutte contre le terrorisme et de la « déradicalisation ». Une dizaine de bourse dans le domaine des affaires religieuses, notamment en ce qui concerne la formation des imams prêcheurs a été accordée au Cameroun.

Ces mobilités doivent aller au-delà car l’Algérie a des écoles de référence qui peuvent contribuer à la formation de la jeunesse camerounaise ou au renforcement des capacités des agents de son administration. La République Algérienne Démocratique et Populaire  se propose également de faire bénéficier le Cameroun de son expérience avec l’assistance technique, la formation ainsi que l’accès aux services qu’offrent les satellites algériens Alsat 1 et Alsat 2. 

Le Cameroun de par sa position stratégique et son aura dans la sous-région Afrique Centrale est de ces pays sur lesquels l’Algérie compte s’appuyer pour son grand retour en Afrique. Sur ce, l’on comprend le choix porté par le Président Biya sur Komidor Njimoluh Hamidou.

Le Ministre – plénipotentiaire hors-échelle pour qui les faits parlent a donc la lourde mission d’animer et même de redynamiser les relations vielles de plusieurs décennies entre les deux pays à l’ère du retour algérien. L’action urgente très attendue selon certaines indiscrétions est l’ouverture du ciel camerounais à la Compagnie Air Algérie. Les autorités camerounaises ont depuis longtemps marqué leur accord.

La connaissance du monde islamique acquis à travers son passage en Arabie saoudite comme Premier Conseiller à l’Ambassade du Cameroun à Djeddah  et à la Banque Islamique de Développement (BID) organe financier de l’Oci comme vice-gouverneur est un important levier sur lequel le soldat Komidor Njimoluh, homme pluriel va s’appuyer pour mener avec succès cette autre mission à lui confié par le Chef de l’Etat auprès de qui il a été pendant cinq ans conseiller diplomatique.

Youssouf-L. Moumbagna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Etats-Unis > Annonce: Joe Biden sonne le retrait d’Afghanistan

Le président américain Joe Biden a confirmé ce mercredi le départ des troupes américaines …