LA UNE Opinion Politique panorama 29 mars 2020 (0) (2378)

Cameroun > “Disparution” de Paul Biya: Maurice Kamto accusé

Partager

Depuis que le Coronavirus a commencé, tous les chefs de l’exécutif se sont fait entendre. Ils ont été auprès de leur population. Certains chefs d’État comme celui des États-unis tiennent des réunions personnellement avec la task force mise sur pied à  l’effet. Le président français que les caciques du Rdpc aiment citer en exemple s’est déjà adressé au moins 2 fois à son peuple.

La dernière apparution publique de Paul Biya date du 11 mars 2020 lorsqu’il recevait en audience l’ambassadeur des États-unis au palais de l’Unité. Plus de deux semaines après, on n’a plus eu aucune nouvelle de l’Homme du 6 novembre 1982.  Déclaré pour mort depuis le 23 mars 2020 par des antivistes de la Brigade anti Sardinard, On a toujours pas eu de ses nouvelles.

Vendredi 27 mars 2020, Maurice Kamto, leader de l’opposition camerounaise fait une sortie où il donne un ultimatum de 7 jours au chef de l’Etat pour se manifester. Faute de quoi, il prendrait des dispositions qui s’imposent.

Lever de bouclier

Jacques Fame Ndongo, Secrétaire national à la communication du Rdpc, dans une diarrhée littéraire qui lui est bien propre, se perd dans un cours de droit constitutionnel, parfois dans un langage très hermétique, pas du tout à la portée de la compréhension du militant moyen du Rdpc.

Questions: Fame Ndongo a-t-il répondu à la préoccupation de Maurice Kamto et de nombreux camerounais qui s’affolent depuis pratiquement une semaine par rapport à la rumeur annonçant la mort de leur président ? La réponse c’est non! Est ce que Jacques Fame Ndongo à le niveau pour dispenser des cours de droit constitutionnel à Maurice Kamto? La réponse c’est non. Fame Ndongo défend ici le président de la République ou le président du Rdpc? Difficile à savoir.

Et pourtant, Kamto a simplement demandé que Son Excellence Paul Biya,  président de la République du Cameroun, se manifeste. Et le débat est terminé.

Alors que les camerounais n’ont même pas encore trouvé de dictionnaire pour comprendre ce que voulait dire Fame Ndongo; Grégoire Owona Secrétaire général adjoint du Rdpc, lui aussi se jette dans la danse. Il menace d’interrompre sa quarantaine pour “aller dire deux mots à Kamto“.

Etrange et frappant

Quelques minutes plus tard, c’est le vice-dieu adjoint Oswald Baboké, Dcc adjoint qui sort de son sommeil dogmatique pour protéger le bifteck. Ce qui est étrange et frappant dans toutes ces littératures, c’est que de Fame Ndongo à Oswald Baboké, passant par Grégoire Owona, personne n’a pu répondre à la question à Savoir: Où se trouve Paul Biya? Pourquoi ne parle-t-il pas à son peuple attaqué par un emmeni redoutable et invisible? Se porte-t-il bien au moins?

Après cette séries de questions sans réponses, nous nous sentons obligé de revenir sur un article que nous avons publié dans nos pages, le 25 mars courant. Un article apportant un démenti sur la mort du chef d’État.

Nous espérons que le gouvernement de la République nous permettra de voir plus clair dans ce qui est convenu aujourd’hui d’appeler affaire de la “disparition” de Paul Biya.

Nous esperons une éventuelle adresse à la nation qui sera la meilleure façon de démentir ladite “mort.”

Lire aussi: Cameroun > “Mort” de Paul Paul Biya: Les clarifications du Mincom

Iliassou Kpoumié, Journaliste Éditorialiste, Directeur de publication panorama papers.

Jacques Fame Ndongo et ses amis n’ont rien dit qui puisse convaincre et libérer les esprits.

Une communication qui a plutôt enfoncée l’affaire et crée plus de confusion. puisque n’ayant donné aucun élément sur la position exacte ou l’état de santé du vieux lion.

Ils ont été purement et simplement hors sujet. Car, ils ont passé le temps à parler de l’insurrection, de la tentative de la destabilisation ou du complot entre autre. Alors que la rumeur de la mort du père va reprendre de plus belle dès demain tant les camerounais n’auront pas vu leur président même seulement à la télé.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *