Afrique LA UNE Société panorama 14 janvier 2020 (0) (7389)

Cameroun > Drame de Nkolbisson: Le film de l’assassinat de Maurice Tchakounté

Partager

C’est un scandale de plus qui vient de se produire en milieu scolaire. Alors que l’on n’a pas encore oublié les actes barbares et meurtriers qui ont émaillé l’année scolaire 2018-2019 et ceux du début de l’année scolaire en cours, voici un autre drame qui fait paniquer la communauté éducative. En effet,Sorti ce mardi matin pour remplir son devoir d’enseignant, le professeur de mathématiques en coure d’intégration et en vacations dans cet établissement, Njoni Tchakounte Maurice a été sauvagement assassiné par son élève, Bisse Ngosso Brice, âgé de 15 ans. La scène macabre s’est déroulée très vite dans la classe de 4e espagnol 2. Jack Bessale, un collègue témoin oculaire de la scène raconte que le défunt «enseignait paisiblement jusqu’au moment où son attention sera portée sur un élève manifestement distrait. S’étant rapproché de l’élève, le prof constate que celui-ci est plutôt concentré à pianoter sur le clavier de son téléphone ». Et d’ajouter « l’élève va refuser de rendre son téléphone.

« Courroucé, l’enseignant intimera l’ordre à l’élève de lui donner ledit téléphone, qu’il devra faire confisquer par les services administratifs compétents, conformément aux dispositions du règlement intérieur de l’établissement en matière de possession et usage des téléphones portables au sein des établissements scolaires. L’élève refusera d’obtempérer, malgré les multiples ordres intimés par l’enseignant ». Mais toutes les tentatives de l’enseignant seront vaines. « S’en suivra donc une épreuve de bras de fer au cours de laquelle dans des péripéties encore non élucidées jusqu’ici, l’élève se servira d’un objet identifié comme un compas pour commettre enfin l’irréparable », a-t-il révélé. Transporté au Centre hospitalier universitaire de Yaoundé (Chu),

Maurice Tchakounté, enseignant de mathématiques assassiné à Nkolbisson.

Njoni Tchakounte Maurice a rendu l’âme en court de route. Informés de la situation, les éléments de la police du commissariat du 12earrondissement vont arriver sur les lieux. Après avoir activement recherché le présumé assassin, c’est finalement dans une maison à Oyom-abang qu’ils ont réussi à mettre la main sur lui avant de le conduire au poste de police où il est actuellement en train de méditer sur son sort.

Le commissaire a quant à lui, tenu à rassurer les enseignants sur les mesures qui vont être prises pour davantage assurer leur sécurité. « Il était question de remonter le moral des uns et autres et surtout les rappeler à l’ordre. Nous avons tenu une séance de travail avec les enseignants où nous avons plus ou moins essayé de renforcer le dispositif sécuritaire en demandant à chaque enseignant d’avoir à sa possession les numéros opérationnels non seulement ceux que nous connaissons mais aussi nos propres numéros au niveau local et de ne surtout pas se confronter à ces élèves parce que de plus en plus, la délinquance aujourd’hui dans l’ensemble du triangle national est devenue un problème sociétal », a-t-il souligné.

Et de poursuivre « donc l’enseignant ne sera pas abandonné. C’est un jeune qui ne faisait que son devoir républicain celui d’encadrer la bonne formation de nos élèves. Malheureusement il a succombé les armes à la main, nous sommes en train de faire notre travail et nous pensons que l’enquête qui a été ouverte sera bouclée au moment opportun quand nous aurons tous les éléments. Entre temps nous avons demandé aux enseignants de continuer de vaquer sereinement à leurs occupations ».


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *