Home Société Afrique Cameroun > Aventure: Isabelle Merci Mpouma morte et enterrée dans le désert
Afrique - 3 août 2021

Cameroun > Aventure: Isabelle Merci Mpouma morte et enterrée dans le désert

 »Le destin tragique d’Isabelle Mpouma. » ceci aurait pu être le film d’un film dont le fil d’Ariane serait le récit de la longue traversée du désert par une camerounaise finalement morte avant la traversée.

Des camerounais ont été choqué , par la violence de la vidéo diffusée dans les réseaux sociaux et montrant agonisante une jeune dame dont le passé laissait envieux certains dans sa petite ville au Cameroun .

 »Elle est finalement morte Isabelle Mpouma. Cette camerounaise dont les images ont inondé la stratosphère camerounaise samedi dernier. On la voyait agonisante en plein désert. »

s’extasiait un camerounais choqué par la scène macabre .

 »Morte dans les dunes et enterrée quelque part dans le désert du Sahara par ses compagnons de route.

Et dire qu’il y’a quelques jours Isabelle était rayonnante. Cette coiffeuse et propriétaire d’un espace de vente de produits de beauté tirait son épingle du jeu. Surtout qu’elle venait de s’adjuger un bon magot grâce à une cotisation. A son fils de 16 ans elle a demandé de veiller sur son petit frère confié à une bonne amie. Elle promettait de revenir rapidement après un séjour à Yaoundé.

Isabelle ne reviendra plus. Elle ne reviendra plus jamais. Sa sépulture de fortune ne sera probablement jamais retrouvée. Dans sa quête de l’Europe, Isabelle a emporté avec elle la possibilité pour sa famille de se recueillir devant sa tombe. »

Mais bon sang, Qu’y a t’il tant en Europe pour vous suicider ainsi!!!? s’interroge l’internaute.

Comme elle , ils sont des milliers qui à travers le monde veulent braver la nature horrible et aride du désert du Sahara à la recherche de l’eldorado européen . Une vie incertaine ,un avenir flou qui peut être un jour s’arrêtera dans les dunes du désert du Sahara.

Une sortie d’immigration clandestine ,donc les chances de réussite s’avèrent plus infimes que par le passé . Cette immigration est considérée donc comme illégitime, car elle se distingue de l’immigration régulière par l’existence de législation, de traités, de jurisprudences ou d’autres règlements parfois sévères qui ont été mis en place par des États-nations et qui sont contournés.

L’illégalité se caractérise par le fait que ces personnes étrangères ne possèdent pas les documents ou conditions requis par la loi ou les traités pour autoriser leur entrée, ou bien par la poursuite de leur séjour après expiration des documents. Suivant les législations, elle peut également concerner des passeurs. La clandestinité se caractérise par le fait que l’entrée et le séjour soient cachés, c’est-à-dire réalisés avec une certaine discrétion, parfois à l’abri des regards. L’irrégularité se caractérise par le fait de ne pas respecter les différentes règles en vigueur, notamment les lois, règlements, procédures relatives au séjour d’un étranger.

Même si pour les pays qui appliquent les décisions de la Cour européenne de justice, le séjour irrégulier n’est plus un délit à la suite d’une décision de la Cour européen de justice.

Un rapport de l’organisation internationale pour les migrations fait état de 30 décès et de disparitions liées à la migration irrégulière entre 2014 et 2018.

Près de la moitié des 14 795 décès d’hommes, de femmes et d’enfants recensés ces cinq dernières années ont été enregistrés le long de la Méditerranée centrale entre l’Afrique du Nord et l’Italie.

D’après le Projet sur les migrants disparus, au moins 17 644 décès ont été enregistrés le long des trois itinéraires méditerranéens ces cinq dernières années, soit environ dix fois plus que le nombre de personnes qui se sont noyées à bord du luxueux navire de croisière, le Titanic, qui a sombré en 1912.

Les décès enregistrés à travers l’Afrique arrivent en deuxième position, avec 6 629 décès recensés sur le continent depuis 2014. Près de 4 000 d’entre eux se sont produits en Afrique du Nord, où le manque d’informations fiables et les nombreux signalements d’événements isolés indiquent que le nombre de migrants décédés le long de cet itinéraire est en réalité bien plus élevé.

Il ressort que les principales causes de décès enregistrés dans la base de données du Projet sur les migrants disparus sont dues aux moyens de transport dangereux et aux risques naturels que les migrants rencontrent en migrant illégalement.

Outre les plus de 19 000 décès et disparitions enregistrés par noyade, 3 800 autres personnes sont mortes en raison des risques naturels rencontrés en route – y compris l’exposition aux éléments, la déshydratation et l’épuisement – ou en raison de maladies, associé au manque d’accès aux médicaments.

Des aventuriers tenaient de rejoindre il y’a quelques jours l’Europe par la tunisie.

Il y’a quelques jours , 51 voyageurs clandestins ont trouvé la mort au large de l’Italie. Ils tentaient de rejoindre l’Europe à partir de la Tunisie, apprend-on. Parmi les personnes décédées, au moins 10 Camerounais. Le bateau qui avait 53 Passagers a laissé 2 survivants.

Une actualité qui malheureusement ne décourage pas ces milliers de camerounais qui se déportent à travers le désert, et qui tragiquement meurent sans trace.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …