Home Culture Afrique Cameroun > Droits d’auteurs: Le mépris de Guinness à l’endroit des artistes
Afrique - 26 octobre 2021

Cameroun > Droits d’auteurs: Le mépris de Guinness à l’endroit des artistes

La Société brassicole qui exploite les oeuvres artistitiques camerounaise propose de payer 1300 Fcfa par artiste sur une dette cumulée de plus de 3 milliards de francs cfa.

C’est plus que du mépris s’ecrit un artiste à l’annonce de la nouvelle de la volonté du versement de 200 millions de francs fcfa par la société Guinness-Cameroon aux artistes camerounais . Artistes de tous bords et de toutes catégories. La communication de la Sonacam sur le sujet est sans ambages et sans ménagement :  » il faut payer  » .

Depuis quinze ans déjà , la société Guinness -Cameroun exploite les oeuvres des artistes camerounais, aujourd’hui elle propose de payer 200 millions sur les trois milliards dus, soit 1300 francs par artiste.

 »Cette injure teintée de mépris exige une réponse adéquate. Nous avons le devoir de léguer à la postérité le respect public pour notre métier. »

Face à un tel affront, une série de manifestations aura lieu contre cet usager qu’elle juge de mauvaise foi et oragnisée par la Sonacam.

La mauvaise foi frise la provocation et le dédain. Ces actions déterminées commenceront par Douala, Siège de Guinness Sa ce jour, 26 Octobre 2021, et se dupliquera graduellement sur les dix régions du territoire national avec pour slogan de base:

 »Guinness, donnez aux artistes ce qui leur revient de droit »

À côté de cette manifestation prévue qui s’appuiera sur le slogan de base,  » Guinness , donnez aux artistes ce qui leur revient de droit  » , bien d’autres détails et actions seront seront jointes de manière concertée, mais avec la même determination precise la Sonacam et ce jusqu’à ce que justice soit rendue aux artistes .

 » Ensemble et unis, armés de notre bon droit et de la force du désespoir, accompagnés par Dieu qui nous inspire ces œuvres de l’esprit, rien ne nous arrêtera… Nous aurons notre dû parceque nous avons raison  ».

On peut le lire le texte partagé par Tatiana Diranne de la communication de la Sonacam.

Armand Soussia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Vivre ensemble: L’unité en péril ?

Par Eric Boniface Tchounkeu Le 20 mai 1972 en effet, sur décision du Président Ahmadou Ahi…