Home Opinion Politique Cameroun > Elections des Maires: Des réformes pour éviter les blocages
Politique - 11 mai 2021

Cameroun > Elections des Maires: Des réformes pour éviter les blocages

Les populations de Bangangté  sont toujours dans l’attente de connaître l’homme ou la femme qui sera le prochain 01er magistrat de leur ville, Chef lieu du Département du Ndé dans la Région de l’Ouest.

Les deux sessions électives   du conseil municipal  des 03 et 06 mai 2021 convoquées par le Préfet  en vue de choisir le successeur du Dr Jonas Kouamouo, décédé en fonction dans la nuit du 05 au 06 mars 2021,n’ont pas permis désigner  le nouvel exécutif  municipal de la ville.

Si l’élection  du nouveau maire n’a pas pu avoir lieu le 03 mai faute de quorum, le 06 mai ,des profondes divisions et même des tensions  entre les 40 conseillers municipaux restants sur les 41 que compte cette commune, tous issus des rangs du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc) au pouvoir, ont poussé le Préfet du Ndé, Ernest Ewango Budu à reporter sine die  une fois de plus l’élection du maire, au mépris des prescriptions légales en la matière.

L’article 205(1) du code général des collectivités territoriales décentralisées donne  par exemple un délai maximal de soixante jours (60) jours pour procéder à l’élection d’un nouveau maire, en cas de décès du titulaire du poste en plein mandat.

Ce n’est pas la première fois  qu’une telle situation est observée au moment  de procéder à l’élection du maire dans une commune au Cameroun.

On l’a par exemple observé  en 2017 dans la commune de Yaoundé 6 après le décès du maire alors en fonction, Paul  Martin Lolo, ou encore à Douala 5 au lendemain des élections municipales  de 2007.

A chaque fois, ce sont  des batailles internes au sein du Rdpc qui contrôlaient entièrement ou partiellement ces mairies qui avaient retardé les élections des maires.

Il convient aujourd’hui  de réfléchir à l’adoption d’une nouvelle formule  pour éviter ce type de blocage. Cela pourrait  consister à faire  élire directement  le maire et ses adjoints  par les populations  de la commune pendant les municipales en obligeant les partis politiques en course à indiquer clairement  les candidats à la gestion de l’exécutif  municipal   et suivant un ordre déterminé, au moment de la constitution et du dépôt de leurs listes.

Eric Boniface Tchouakeu, Chef de Chaîne Radio Siantou. Conseiller éditorial à Panorama papers

Cette formule permet non seulement d’éviter la corruption des autres conseillers municipaux par les prétendants au poste de maire lors de la session élective du conseil municipal, mais surtout elle a l’avantage d’être plus juste envers les électeurs dont certains ont parfois l’impression d’avoir  été floué au moment de la désignation des membres de l’exécutif de leur commune  par les conseillers municipaux ; car c’est le système de liste bloquée  qui est en vigueur. Un tel  système n’offre pas à l’électeur  la possibilité  de faire le panachage lors du vote  des conseillers municipaux  dans une commune.

Ensuite, on peut  imaginer les règles de suppléance en cas d’empêchement temporaire ou définitif d’un membre  de l’exécutif municipal  sans forcément recourir  à une nouvelle élection, tout en prévoyant les cas de  destitution  qui ouvriraient de manière automatique la voie à de nouvelles élections avec la participation de l’ensemble des électeurs de la commune et de toute formation politique qui le souhaite.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…