Home Economie Afrique Cameroun > Énergie: La construction du barrage de Chollet confiée à China Gezhouba Group Company Ltd.
Afrique - 5 mai 2021

Cameroun > Énergie: La construction du barrage de Chollet confiée à China Gezhouba Group Company Ltd.

L’entreprise chinoise s’est vue accorder la construction du barrage de Chollet par les gouvernements camerounais et congolais suite à l’appel d’offres émise en date du 19 décembre 2020.

L’adjudicataire de l’appel d’offres international restreint n°00000008/19/AOIR/MINEE-MEH/DPC du 19 décembre 2019, relatif à la sélection d’un partenaire en vue de la réalisation des études, la construction et l’exploitation en mode «Build Operate and Transfer (BOT)» (entendu ici comme méthode de livraison de projet, dans laquelle une entité privée reçoit une concession du secteur public pour financer, concevoir, construire, posséder et exploiter une installation mentionnée dans le contrat de concession ) de l’aménagement hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques associées est connu. Il s’agit de la société chinoise China Gezhouba Group Company Ltd (Cggc).

En date du 15 mars dernier, après publication des résultats et signatures  des  ministres Gaston Eloundou Essomba et Serge Blaise Zoniaba respectivement ministre de l’Eau et de l’Energie du Cameroun et ministre de l’Energie et de l’Hydraulique du Congo, le projet de construction du dit barrage devra se faire en 3 phases. La première réservée aux « études » avec comme déclinaisons barrage, centrale, ouvrage connexes, postes et lignes associées ; voies d’accès au site par les deux pays et impact environnemental et social.

Ainsi, la deuxième phase concerne la  « construction » avec : barrage, centrale, ouvrages connexes, postes et lignes associées voies d’accès au site dans les deux pays ; gestion environnementale et sociale et renforcement des capacités et transfert des compétences.

Et la troisième qui est la phase finale c’est-a-dire la « mise en service et exploitation », avec la signature de l’accord de projet. Par ailleurs, les délais d’exécution des travaux ne sont pas encore connus en d’autres termes la date de lancement et de livraison du projet restent encore méconnus.

Ce projet est attendu depuis 2018 car l’accord avait été  signé depuis le 28 octobre 2010 entre les présidents Paul Biya et Denis Sassou Nguesso. Il fait partie des 11 projets intégrateurs de la zone Cemac. Celui-ci prévoit également la mise en place de deux lignes de haute tension d’évacuation d’énergie respectivement de 700 km au Cameroun et 1500 km au Congo. Avec pour objectif : la  production de  600 mégawatts qui vont alimenter en plus du Cameroun et Congo d’autres pays de la zone Cemac tels que la République Centrafricaine, puis le Gabon et la Guinée équatoriale.

Il est prévu que le barrage soit construit sur la rivière Ngoko, à environ 126km de la localité de Mouloundou, dans le département de la Boumba et Ngoko, région de l’Est Cameroun, et à 70km en amont de la localité de Ngbala, dans la région de la Sangha au Nord-Ouest du Congo). Le coût du projet est estimé à 352 milliards de FCFA. Pour un financement mobilisé à ce jour de 32,169 milliards de FCFA de la Banque africaine de développement (BAD).

La Cggc est une société chinoise de construction et d’ingénierie basée à Wuhan, en Chine ; fondée le 23 janvier 2006. Elle a pour principal actionnaire la société étatique China Gezhouba Group Corporation (Cggc) à hauteur de 40,8%, qui est à son tour une société membre de la China Energy Engineering Corporation (Energy China). China Gezhouba Group Co., Ltd., pour sa part est un groupe de BTP organisé autour de 4 pôles d’activités que sont : la construction d’infrastructures de génie civil (autoroutes et installations hydroélectriques) ; le développement sous concession de projets de construction ; la construction immobilière ; et d’autres secteurs tels que : l’exploitation des installations hydroélectriques, la gestion d’actifs immobiliers, la prestation de financement et de démolition, etc.

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Bataille au sommet: La guerre de l’opinion publique refait surface

Par Serge Aimé Bikoi Au moins huit journaux en ont fait l’écho ce lundi, 23 mai 2022…