Accueil EconomieAfrique Cameroun > Entreprises publiques: Des gouffres à sous

Cameroun > Entreprises publiques: Des gouffres à sous

Parmi les 36 pays en développement les plus endettés, la plupart se trouvent en Afrique. et parmi lesquels le Cameroun. Au total,ce sont environ 760,19 millions personnes vivent dans les pays concernés, ce qui correspond à 9,8% de la population mondiale.

Par panorama
0 commentaire 365 vues

Par Pierre Laverdure OMBANG

Les pays en développement très endettés sont un sous-groupe des pays en développement, définis par le Fonds monétaire international (FMI). Une classification qui a pour valeur dans son but premier l’annulation de la dette en 1999, proposée par l’Allemagne et suggérée par les États du G8. La dette publique représente désormais près de 40 % de la dette mondiale totale, une proportion jamais atteinte depuis le milieu des années 60. L’accumulation de dette publique depuis 2007 tient largement aux deux crises économiques majeures auxquelles ont fait face les États, à savoir la crise financière mondiale puis la pandémie de Covid-19 selon les experts sur la question.

Au Cameroun, la dette du secteur public reste maîtrisée selon le gouvernement. Bien qu’elle ait légèrement augmenté en 2021. Son encours, à fin octobre 2021, a atteint 44,9% du Pib, soit une augmentation de 0,8 point de pourcentage du Pib par rapport à fin 2020 et est estimé à 45,4% à fin décembre 2021. selon la caisse autonome d’amortissement du Cameroun , 11 109 Milliards de Fcfa, c’est le montant affecté à la dette publique au Cameroun depuis le 30 septembre 2021.L’explication de cette légère inflation de la dette publique se résume à trois choses. Elle est le fruit (I) des décaissements des appuis budgétaires liés au nouveau programme économique et financier auprès du Fond Monétaire et International (FMI) et de la Banque Mondiale(II), de l’effectivité des nouveaux accords de dette et des émissions de titres publics(III). Composée de dette extérieure (71,9%), de dette intérieure (28,1%) et de dette des entreprises et établissements publics (8,1%), la dette publique représente 42,5% du Produit Intérieur Brute (PIB).
Ladite dette est principalement détenue par la Chine (61,8%), la France (28,5%) la Banque Mondiale (37,6%), la Banque Africaine de Développement (27,6%) et le Fmi (20,9%), pour un montant de 6 355 Milliards de Fcfa au titre de dette extérieure. Par conséquent, le montant des titres représentant les engagements financiers en cours s’évalue à 7 320 Milliards de Fcfa. Quant à la dette intérieure repartie entre les titres publics (45,2%), les dettes structurées (30,9%), l’emprunt consolidé Beac (21,6%) et les dettes non structurées (2,4%), s’évalue à 2 670,3 Milliards de Fcfa. L’encours de la dette intérieure quant à elle correspond à 449,8 Milliards de Fcfa.

Endettement…

Le niveau d’endettement actuel, renseigne le document de programmation budgétaire 2021/2023 , affiche 38,6 % du Pib en 2020, sera maîtrisé autour de 45% en moyenne sur la période 2021-2023, soit un plus de 11 700 milliards de Fcfa. Dans le détail, ces financements bruts du budget de l’Etat, pour l’exercice 2021, se situent à 1 493,7 milliards, en diminution de 15% à   262,8 milliards par rapport à 2020. Un repli fondé sur la non-reconduction en 2021 des appuis financiers exceptionnels des partenaires  techniques et financiers dont a bénéficié l’Etat du Cameroun dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, y compris l’allègement de la dette extérieure.

A moyen terme, les ressources de financement auxquels l’Etat pourrait s’attendre sont évaluées à 1 284,1 milliards, soit une baisse de 209,5 milliards par rapport à 2021 du fait de l’absence de lisibilité à date des appuis budgétaires éventuels dont pourraient bénéficier le Cameroun au cours de cette période dans le cadre de la mise en œuvre d’un nouveau Programme Economique et Financier en cours de négociation avec le Fmi ou d’autres sources de financement à rechercher.

Entreprises camerounaises des gouffres …

Le 6 juillet 2022, le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé, a signé une circulaire régissant les contrats de performance entre l’État et les établissements et entreprises publics. Ce document est assorti d’un chronogramme révélant qu’à compter du 1er janvier 2023, et ce jusqu’au 31 décembre 2024, toutes les entreprises et établissements du portefeuille de l’État seront mis sous contrats de performance.

Une circulaire qui révèle l’ engagement pris devant le Fonds monétaire international (FMI), lors des négociations relatives au programme économique et financier triennal (2021-2024) actuellement en cours entre cette institution de Bretton Woods et l’État du Cameroun.

 « Ces contrats de performance doivent préciser les obligations de service public, les coûts unitaires (comme base de versement des subventions) et les indicateurs mesurables requis de volume de production et qualité de service ».

Comme suggéré par le Fonds Monétaire International dans rapport officiel. Car en effet, pour les institutions de breton Woods , car en plus de produire des résultats médiocres, les établissements et entreprises publics au Cameroun sont des gouffres à sous, qui reçoivent d’énormes subventions qui leurs sont régulièrement versées par l’état , mais sans obligation de résultat.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 28 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie