Home Economie Afrique Cameroun> Eurobond: Financer la construction d’infrastructures
Afrique - 2 juin 2021

Cameroun> Eurobond: Financer la construction d’infrastructures

Le président camerounais prenait il y’a quelques temps ,  une ordonnance autorisant entre autres l’émission d’un eurobond de 450 milliards de F cfa (686 millions d’euros) pour racheter partiellement ou totalement celui de 2015.  Paul Biya décidant ainsi de retourner sur le marché international des capitaux. Le 26 mai 2021.

Après avoir levé un montant record de plus de 16 milliards de dollars (13 milliards d’euros) sur les marchés financiers internationaux en 2014, les économies africaines semblent prêtes à récidiver cette année. La Tunisie de Béji Caïd Essebsi a ouvert la voie fin janvier en levant avec succès environ 1 milliard de dollars. Elle devrait être suivie dans les prochains jours par la Côte d’Ivoire (1 milliard de dollars), avant la fin du trimestre par le Cameroun (1,5 milliard de dollars), qui effectuera alors sa première sortie sur les marchés internationaux, et courant 2015 par d’autres pays, comme le Rwanda, l’Angola ou le Nigeria faisait déjà lire jeune Afrique.

objectif : financer la construction d’infrastructures nécessaires à l’accélération de leur croissance économique. C’est du moins l’argument souvent avancé par les banques d’affaires qui pilotent ces opérations. 

Si des analystes financiers  estiment qu’il s’agit d’une solution optimale, car une alternative a été explorée un moment au ministère des Finances, et discutée avec le Fmi et la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) : la « domestication » consistant à émettre un ou plusieurs emprunts en F cfa pour rembourser l’eurobond.

Alors que les États multiplient ce type d’opérations, les institutions financières internationales tirent ainsi la sonnette d’alarme. D’autant que la conjoncture internationale, qui a jusqu’ici favorisé un certain intérêt pour les obligations souveraines africaines et rendu leur coût abordable, est en train de changer.

Certes, les eurobonds peuvent contribuer à couvrir les besoins en investissements des pays africains dans les infrastructures ou dans d’autres secteurs, mais un certain nombre d’éléments devraient être préalablement étudiés. Parmi eux : la taille de l’émission par rapport au PIB, la devise dans laquelle l’emprunt est libellé en fonction de la structure de l’économie, la structure de remboursement, ou encore le timing des décaissements.

laisse lire jeune Afrique sur la question .

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …