Home Société Afrique Cameroun > Exclusif: Sam Séverin Ango libre
Afrique - Afrique - Médias - 3 semaines ago

Cameroun > Exclusif: Sam Séverin Ango libre

En effet, l’affaire a été dépénalisée depuis hier pour rentrer en première instance.

Le tribunal de grande instance (Tgi) de Douala abandonne les charges de tentative d’assassinat et vol aggravé imputées au journaliste par son épouse pour défaut d’éléments d’aggravation pour ne retenir que les faits de blessures légères.

Le Tribunal de Première instance(Tpi) de Douala- Bonanjo est donc retenu pour connaître de cette affaire dès ce jeudi, 18 novembre 2021 à l’audience de 14h et 30mn. Le journaliste et homme politique, Sam Séverin Ango, a été libéré ce soir(mercredi, 17 novembre 2021) contre une caution de 500(cinq cents mil) Fcfa payée aux alentours de 15h et 30mn. C’est un homme, certes, affaibli, mais mentalement ragaillardi qui a donc retrouvé sa famille ce soir au quartier Deido à Douala.

En clair, Geneviève Ngo Ntamack a, pratiquement, été déboutée par le Tribunal de Grande instance(Tgi) de Douala suite aux nombreux autres témoignages de personnes qui ont répondu à l’enquête diligentée au niveau du groupement de gendarmerie de Douala.

Le tribunal a, notamment, tenu compte du fait que les protagonistes sont, bel et bien, mariés au Cameroun sous le régime monogamie biens reçus. Ango a consenti, cependant, à restituer à dame Ngo Ntamack tous biens communs réclamés dont les voitures et autres effets en attendant l’ouverture d’une nouvelle procédure en divorce dans ce couple définitivement incompatible.

En rappel, S.S. Ango a été interpellé le mardi, 9 novembre 2021 à Douala et, singulièrement, au quartier Bonamoussadi par un commando du groupement de gendarmerie de Douala- Bonanjo et conduit au groupement en question.

Cette figure de la scène publique camerounaise a été mise en garde-à-vue prolongée et privée de téléphone. Ango a été déféré plusieurs fois au parquet et envoyé à la Police judiciaire(Pj) ces deux dernières nuits. Tous les membres de sa famille ont été déportés à Douala y compris sa vieille mère Ndo’o Suzanne âgée de 79ans.

En dépit de toutes les interventions, Ngo Ntamack n’a jamais consenti à retirer sa plainte. C’est un homme qui aura connu l’enfer ces huit derniers jours.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …