Home Société Afrique Cameroun > Exclusif : Sismondi Bidjocka refuse les 50.000 de Ketcha Courtes
Afrique - Afrique - Médias - 4 semaines ago

Cameroun > Exclusif : Sismondi Bidjocka refuse les 50.000 de Ketcha Courtes

Dans une tribune sur Facebook, le patron de Ris Fm fait le récit de ce fait peu ordinaire qui ressort le côté mendiant des journalistes camerounais.

«Tranquille chez moi un jour à la maison en 2019, mon téléphone sonne. C’est Ketcha Courtes qui me call! Elle est très fière de mon boulot et m’encourage à poursuivre! Les choses se seraient arrêtées là qu’on aurait oublié. Mais c’est elle qui continue en disant que pour Noël, elle voudrait partager son riz avec moi et elle m’envoie quelqu’un…Je me dis que voilà au moins trois millions qui arrivent! »

Introduit Sismondi Barlev Bidjocka.

Le journaliste précise qu’il était étonné parce qu’avant de clôturer la conversation, Célestine Ketcha Courtes lui a parlé d’un transfert d’argent via Orange Money. Quelques temps plus tard, le fameux transfert est arrivé. Bidjocka n’en croit pas ses yeux. Lui qui s’attendait à 5.000.000, reçoit plutôt 50.000 Fcfa.

Courroucé, l’ex-cadre de la Rts renvoie immédiatement le colis.
De l’avis de Bidjocka, Ketcha Courtes est la Ministre de l’Urbanisme du Tribalisme. L’homme de média signale que Ketcha Courtes a offert plusieurs millions à un humoriste de son ethnie. C’était juste pour récompenser le talent de ce dernier.

«Je parle de ça pourquoi ? Il y a quelques jours, Ketcha Courtes a fait une vidéo avec l’humoriste Cabrel Nomjim (qu’il me pardonne l’orthographe) dans laquelle elle exhibe des millions au moins trois pour le faroter! J’ai donc compris que c’est parce que je n’étais pas du village. C’est du tribalisme, »

explique Sismondi Bidjocka.

Cette sortie d’un patron de média, dévoile sans effort le mode de vie et le rapport que certains journalistes camerounais entretiennent avec les institutionnels. Un rapport de griots et du roi; tout à fait pathétique! Comment est ce qu’un journaliste normal peut-il tirer par les cheveux une affaire pour évoquer le tribalisme simplement au nom de l’argent ! Comment un journaliste normal peut-il parler de l’argent d’un ministre sans avoir honte ?

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Canada > Drame à Gatineau: la thèse du double meurtre suivi d’un suicide confirmée

Des membres de l’entourage du père qui a tué ses deux fillettes avant de s’enlever la vie,…