Home Politique Afrique Cameroun > Exécutif du Conseil régional de l’Ouest: L’Udc introduit un recours en annulation de l’élection
Afrique - Politique - 25 janvier 2021

Cameroun > Exécutif du Conseil régional de l’Ouest: L’Udc introduit un recours en annulation de l’élection

Tomaïno Ndam Njoya a rendu la nouvelle publique vendredi dernier, en signant une déclaration qui explicite une politique de frustration et d’exclusion dont est victime son parti.

 L’Udc adécidé comme la loi le permet, notamment l’article 309 du Code général de la Décentralisation, alinéas (2,3 et 4), de porter un recours en annulation de l’élection des membres sur la liste telle que prévue  par l’article 307, alinéa 7.

lit-on dans la Déclaration

En effet l’alinéa 7 de l’article 307 dit expressément qu’aussitôt après l’élection et sous sa présidence (président du Conseil régional), le Conseil régional complète son Bureau en élisant dans les mêmes conditions que le président, les deux questeurs et les deux secrétaires qui sont élus sur une liste au scrutin majoritaire à un tour.

En  plus de ce vice de forme évoqué par le parti à la houe, il y a aussi le non-respect de l’article 276 du Code sur la Décentralisation qui parle du respect de la composante sociologique de la Région. A ce niveau l’Udc accuse et parle d’une

 représentation fallacieuse des populations du Noun au Bureau du Conseil régional.

Au sein du Bureau du Conseil régional, sur les 20 sièges qui reviennent au Noun, 17 sont de l’Udc et 3 du Commandement traditionnel. La représentation du Noun, conteste de ce fait Patricia Ndam Njoya, ne saurait être assurée par le seul pouvoir traditionnel.

 L’Udc condamne fortement la tendance monarchique qui reprend corps dans le département du Noun, où ses élus, bien que majoritaires, sont méprisés, chosifiés et constamment injustement combattus par une coalition incestueuse et paradoxale de l’autorité traditionnelle et de certains qui exercent la puissance de l’Etat dans le département, pourtant supposés défendre la loi et l’ordre républicain.

s’indigne le communiqué

Parti aux régionales avec le Rdpc, l’Ums et le Pcrn dans la région de l’Ouest, seuls l’Udc et le parti au pouvoir se sont partagés les 70 sièges des Délégués départementaux en jeu. Dans le Noun, le parti de Patricia Ndam Njoya a raflé tous les 17 sièges. Au finish au sein du Bureau, l’Udc n’est pas représentée.

Sur ce cette famille politique estime qu’il en a toujours été ainsi, en s’appuyant sur l’exemple des premières élections sénatoriales de 2013 où en dépit de la majorité absolue des conseillers municipaux dont elle disposait dans le Noun, se classant juste derrière le Rdpc dans la Région, elle n’a pas pu entrer au Sénat alors que la liste du parti au pouvoir était disqualifiée.

Par des manœuvres, du fait précisément que sa liste ne respectait pas la « composition sociologique », les sept sièges du Sénat de l’Ouest revinrent finalement au Sdf qui comptait pourtant moins de conseillers municipaux dans la Région. 

Jurisprudence de la Menoua ? 

C’est donc pour demander au juge administration de réparer les tors d’exclusion et de frustration que l’Udc a saisi le juge administratif. Par la même occasion, la Direction du parti a tenu à mettre en exergue la situation actuellement très tendue dans le Noun suite à cette exclusion du Bureau régional.

Le juge va-t-il invalider l’exécutif régional de la région de l’Ouest ?

Le temps va le révéler surtout au moment où dans la même région mais dans un autre département, la Menoua précisément, les élections des représentants du Commandement traditionnel ont été invalidées motif pris de ce que la composition sociologique n’était pas respectée.

Léopold DASSI NDJIDJOU 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Sénégal > Révolte: Comprendre ce qui se passe à Dakar

Le Sénégal c’est un pays que je connais pour y avoir vécu et etudié. Comme la majorité d’a…