Home Société Afrique Cameroun > Expropriation: Les populations de Dikolo-Bali disent non à Eyebe Ayissi
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Expropriation: Les populations de Dikolo-Bali disent non à Eyebe Ayissi

La police a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène le 19 novembre 2021, pour empêcher une marche de protestation.

Depuis Paris, Ekwe Edimo Silo du Mouvement pour la Renaissance du Peuple Sawa (Mrps) condamne l’acte de répression. « Nous avons été bouleversés et choqués – des images intolérables – la colère est bel et bien là !

A l’origine, il s’agissait d’une manifestation pacifique des fils et filles du Canton Bell Bonanjo qui avait pour objectif – l’annulation du décret concernant l’expropriation des autochtones de Dikolo-Bali au Canton Bell, » écrit Ekwe Edimo dans son communiqué du 24 novembre 2021.

Les hommes de Martin Mbarga Nguele ont réprimé la manifestation avec une violence sans pareille. Plusieurs personnes ont dû être soignées pour avoir inhalé des gaz lacrymogènes.

Les filles et fils du Canton Bell Bonanjo ont défilé avec quelques banderoles à l’intention qui affichaient une kyrielle de messages.

« Halte à l’injustice aux enfants de Bonanjo » ; « Halte à l’expropriation de Dikolo-Bali » ; « L’hôtel n’est pas une utilité publique » ; « Annulez le décret d’expropriation » ; « Fils et Filles de Bonanjo disent non à l’injustice » ; « Libérez les TF (27592 – 46772 – 17642 ) » ; « Nous ne sommes pas des voyous ! » ; « Nous ne sommes pas des voleurs de terrains – des mafieux » ; « Nous sommes des autochtones – des propriétaires » ; « Nous occupons les terres de nos ancêtres à Dikolo-Bali » ; « Halte à l’accaparement des terres Bali-Dikolo » ; « Halte à l’atteinte de la mémoire de Rudolf Duala Manga Bell » ; « Nous n’accepterons jamais de nous faire exproprier » !

« Lorsqu’on parle d’expropriation pour cause d’utilité publique, nous aimerions voir des routes, des hôpitaux et des écoles modernes et surtout ne plus devoir se battre pour la corruption, ne plus voir des personnes payer des pots-de-vin à droite et à gauche pour bénéficier des terres sawa. Les terres du Peuple sawa ne doivent plus être un gâteau qu’il faut distribuer, partager entre amis ! Nous, Peuple sawa, méritons mieux que cela ! » Indique Patrice Ekwe Edimo Silo.

A son sens, le décret d’expulsion contre les autochtones du Canton Bell sème le trouble dans la population sawa. C’est une décision que le Peuple sawa ne comprend pas. Une telle décision jouerait en faveur des ennemis du Cameroun. Elle accentuerait la haine entre Camerounais, et laisserait propager le sentiment du tribaliste d’un autre temps. Le vœu le plus cher du peuple sawa, c’est de voir les autorités revenir sur les expulsions. Bref, l’annulation de ce décret.

Antoine Bivana

2 commentaires

  1. Je suis étudiant à l’université de Douala.
    Je fais un exposé sur l’expropriation.
    Cette expropriation à Bali-Dikolo est un cas illustré dans mon exposé.
    Je vous être au courant de l’entente finale entre l’État et les expropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …