Accueil EnquêtesAfrique Exclusif – Cameroun > Extension du Complexe Sportif d’Olembe: La Task Force re-impose Magil

Exclusif – Cameroun > Extension du Complexe Sportif d’Olembe: La Task Force re-impose Magil

La structure coordonnée par le secrétaire général de la président de la République octroie le marché d’extension du Complexe sportif d’Olembe à l’entreprise francophone canadienne, Magil, contre le gré du ministre des sports, maître d’ouvrage dudit chantier.

Par panorama
0 commentaire 14.7k vues

Enquête de Joseph OLINGA N.

L’entreprise franco-canadienne est adjudicataire des travaux d’extension du chantier du Complexe sportif d’Olembe. La décision a été prise par la Task Force coordonnée par le ministre, Secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. La décision a été communiquée au cours d’une réunion qui s’est tenue le 19 août 2022 à la présidence de la République. Au cours de la réunion à laquelle prenait part le vice-président du Conseil d’administration de Magil construction, Franck Mathière, il a été instruis au ministre des sports et de l’éducation physique, maitre d’ouvrage dudit chantier de collaborer avec l’entreprise canadienne. Une décision que le Sg/Pr attribue aux

«instructions de la très haute hiérarchie».

La première phase de construction du Complexe sportif d’Olembe, octroyée à l’entreprise Magil construction, comprenait le stade principal de 60 mille places et les deux stades annexes ;  un hôtel quatre étoiles de 70 chambres ; un centre commercial de 14 mille mètres carrés avec des restaurants et 22 boutiques ; un musée ; trois salles de cinéma et des parkings pouvant accueillir quatre mille véhicules. Des ouvrages inachevés, à l’exception du stade principal et des deux stades annexes.

Plus de 168 milliards Francs Cfa déjà consommés

Le chantier d’extension attribué à l’entreprise Magil,  le 19 août dernier, est dédié à la tenue des jeux de la solidarité islamique que le Cameroun accueille en 2025. Cet autre chantier prévoit la construction des gymnases, des piscines olympiques, de quatre courts de tennis, des terrains de handball et de basketball ainsi qu’un lac artificiel et un palais des sports de combat. De nouveaux travaux dont le coût est estimé à 37 milliards de Francs Cfa.

Lors de sa conception, l’entreprise Italienne Gruppo Piccini a évalué le coût des travaux à 163 milliards de Francs Cfa. Lorsque l’entreprise italienne quitte le chantier en 2019, elle a déjà consommé 113 milliards de Francs Cfa. Le nouveau contrat paraphé entre l’Etat du Cameroun et l’entreprise franco-canadienne, Magil construction indique que l’entreprise s’engage à terminer le chantier pour une enveloppe de 50 milliards de Francs Cfa. A cette enveloppe, cinq autres milliards sont ajoutés. A l’appréciation des sources proches du gouvernement, la première phase du Complexe sportif d’Olembe a déjà consommé 168,5 milliards de Francs Cfa alors que 50% du chantier a à peine été exécutée.

Justificatifs des dépenses inexistants

La décision de la Task Force d’octroyer le chantier d’extension du Complexe sportif d’Olembe à l’entreprise Magil intervient dans un contexte de dissonance entre celle-ci et le ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep). L’entreprise franco-canadienne déclare avoir consommé plus de 52 milliards de Francs Cfa sur les 55 milliards de Francs Cfa prévus pour les travaux de finition du Complexe sportif d’Olembe. Pour sa part, le Minsep, maître d’ouvrage du chantier exige les justificatifs des dépenses déclarées par l’entreprise Magil. Des justificatifs que l’entreprise franco-canadienne rechigne à produire.

Dans le même temps, l’entreprise Magil a servi une notification d’huissier au ministre des sports et de l’éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi, le 20 juillet 2022. Le procès verbal de notification dont nous avons obtenu copie exige le paiement du reste de l’enveloppe avant le 12 août 2022. Une injonction que l’entreprise franco-canadienne conditionne à l’assignation du Minsep par devant la Chambre internationale de Paris pour défaut de paiement. Une menace relativisée par le Minsep.

La loi de la Task Force

Pour mieux comprendre cette affaire, il faut garder à l’esprit que le ministère des sports et de l’éducation physique, maître d’ouvrage du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe tient un rôle de coordination et d’appréciation tandis que la Task Force gérée par le Secrétaire général de la présidence de la République est le véritable ordonnateur des paiements. Vu sous ce prisme, le Minsep soutient ignorer les justifications des 47 milliards Francs Cfa des dépenses déclarées par l’entreprise Magil.

Défaut de justificatif qui motive le défaut de paiement des 12 milliards restant qui sont exigés par l’entreprise franco-canadienne alors que le chantier n’est pas exécuté de moitié. D’autant que les données comptables indiquent que 4 autres milliards de Francs Cfa, devant servir à l’achèvement du stade de Bepanda et de la pénétrante Est de la ville de Douala sont déclarés partie intégrante des consommations déclarées par l’entreprise Magil. Une donnée qui ajoutée aux 12 milliards actuellement exigés par Magil  porte l’enveloppe à 59,5 milliards de Francs Cfa, loin des 55 milliards prévus pour la finition du chantier. Calculette en main, la construction de la phase initiale du Complexe sportif d’Olembe aura pris plus de 172 milliards de Francs Cfa aux contribuables camerounais. Enveloppe à laquelle il faut ajouter les 500 millions injectés pour la maintenance du stade.

Notre souci de confronter les différentes sources se heurte au mutisme de l’entreprise franco-canadienne Magil construction. Les demandes d’informations et autres protocoles d’interview acheminés aux différentes adresses transmises par le staff local n’ont pas prospéré. Toutefois, une correspondance adressée par l’entreprise aux sous-traitants de l’entreprise décline sa responsabilité. Une autre adressée au Minsep exige le versement de 6,5 milliards Francs Cfa pour le paiement de leurs factures. Enveloppe payée à Magil sans que les paiements des sous-traitants ne soient effectués ? Une seconde correspondance adressée au Minsep «exige» le versement de sept décomptes estimés à 12 milliards de Francs Cfa, pour les paiements de ses partenaires.

Prestataires non payés

Dans les faits, l’ardoise des sous-traitants et partenaires de l’entreprise franco-canadienne est estimée à 14,5 milliards de Francs Cfa. Toute chose qui rend improbable le paiement de cette ardoise et la finition de la phase initiale du Complexe sportif d’Olembe. Une autre curiosité lorsque des sources proches de la Task Force indiquent que l’octroie du chantier d’extension du Complexe sportif d’Olembe à l’entreprise Magil

«a été motivé par son engagement à boucler la première partie du chantier dont les fonds ont déjà été consommés.»

Au moment où la Task Force annonce la reprise des travaux sur le site de construction du Complexe sportif d’Olembe, l’on observe que l’entreprise franco-canadienne procède à la résiliation des contrats des sous-traitants locaux. Des Petites et moyennes entreprises (Pme) camerounaises ayant śuvré pour la tenue au forcep de la Can 2021 sur ce site.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens, sans mécène pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie