Afrique LA UNE Société panorama 20 novembre 2020 (0) (175)

Cameroun > Fêtes de fin d’année et régionales: Beti Assomo active un mécanisme sécuritaire

Partager

Ce 18 novembre 2020, au cabinet du ministre de la Défense (Mindef), tout le gratin sécuritaire du pays était en conclave pour monter des stratégies en vue de parer à toutes menaces au cours de cette période faste de fin d’année et le scrutin du 6 décembre. Ce plan faut-il le préciser, est national.

Parlant de la situation sécuritaire dans les régions perturbées du pays, il a commencé par l’Extrême-Nord du pays où Boko-Haram quoique très affaibli par les Forces de Défense et de sécrété, avec la contribution active des populations à travers les Comités de vigilance, n’a pas encore abdiqué. Dans les deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le patron de la Défense a indiqué

qu’on a observé ces derniers mois une amélioration globale de la situation, avec le retour des populations dans certaines localités et la rentrée scolaire effective 2020-2021.Bien plus, des opérations y sont en cours pour renforcer la sécurité des personnes et des biens, mais aussi pour préserver l’intégrité territoriale du pays”,

Malheureusement, a reconnu Joseph Beti Assomo.

cette effervescence a été interrompue par l’hystérie née des attaques violentes de certains groupes armés, telles que l’horrible et tragique assassinat des enfants à Kumba le 24 octobre dernier, en dépit d’une réponse appropriée des Forces de Défense et de sécurité avec le soutien de la population aigrie et submergée par leurs actions”.

Dans la région de l’Adamaoua, quelques clignotants ont été signalés, avec des cas de prise d’otages avec demandes de rançons. Dans la région de l’Est,

on a noté des cas d’incidents dans les carrières d’orpaillerie et le phénomène du trafic d’ossement humain”.

Juste après avoir relevé ces cas majeurs dans les cinq régions, il a indiqué que les autres et le plan d’eau seront passés au peigne fin au cours de la rencontre qui s’est tenue toute la journée dans un huit clos absolu. En réalité, cette réunion spéciale avait pour objectif “d’évaluer la situation sécuritaire du pays”, quelques deux semaines avant les élections du 6 décembre et les fêtes de fin d’année du 25 décembre et de nouvel an.

Recommandations au chef de l’Etat
Joseph Beti Assomo a par ailleurs indiqué le canevas du déroulé des échanges. Les responsables militaires et gendarmes territoriaux devraient chacun en ce qui le concerne donner un exposé de la situation sécuritaire dans sa circonscription territoriale de sécurité. Par la suite, il devait en suivre des questionnements ou des enrichissements concertés sous la conduite du Mindef. Le Haut commandement militaire conduit par le Général du Corps d’armée, Chef d’Etat-major des Armées n’était pas en reste.

Au bout du compte, un rapport sécuritaire circonstancié devait être adressé au président de la République, chef des Forces armées. Il faut par ailleurs noter que le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, par ailleurs patron du Conseil national de la Sécurité, sorti fraîchement d’une réunion de concertation avec les gouverneurs des dix régions, assistait à la journée marathon. Outre le Secrétaire d’Etat à la Défense (Sed), le Secrétaire d’Etat à la défense chargé des anciens combattants et des victimes de guerre, le Délégué général à la sûreté nationale (Dgsn), le Directeur général à la recherche extérieure (Dgre), le chef d’Etat-major des armées, les commandants des régions interarmées, les commandants des régions, et bien d’autres généraux ont répondu présent à l’appel du Mindef.

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *