Home Opinion Politique Cameroun > Fichier électoral: Le nombre d’inscrits en deçà des attentes
Politique - 13 juillet 2021

Cameroun > Fichier électoral: Le nombre d’inscrits en deçà des attentes

Elections Cameroon (Elecam), institution chargée de la gestion de l’ensemble du processus électoral et référendaire au Cameroun a pu enregistrer jusqu’au 30 juin 2021 : 6.927.859 électeurs en attendant les toilettages nécessaires.

On l’a appris le 07 juillet 2021 au cours de la 2ème session ordinaire de l’année 2021 du Conseil Electoral, l’organe politique d’Elecam.
La rencontre avait pour but d’évaluer et de valider le rapport d’activités de la Direction Générale des Elections, organe administratif d’Elecam pour la période d’avril à juin 2021.
D’ici au 31 août, date légale de clôture des opérations d’enrôlement des électeurs démarrées dès le 01er janvier chaque année, la barre de 07 millions d’inscrits sur les listes électorales pourrait être franchie bien qu’on ne soit pas dans une année électorale.

Les prochaines élections au suffrage universel direct doivent théoriquement avoir lieu en début 2025.
Même si la barre des 07 millions d’inscrits sur les listes électorales était franchie, le taux d’inscription des citoyens ayant au moins 20 ans, âge de la majorité électorale, demeurera très moyen.

De nombreux observateurs de la scène politique locale estiment en effet que le potentiel des électeurs se situe largement au-delà de 12 millions au regard du nombre total des Camerounais qui sont aujourd’hui estimés à plus de 25 millions d’âmes ; et surtout en comparaison aussi avec des pays ayant à peu près les mêmes chiffres de la population.
Plusieurs raisons expliquent cependant la non inscription des électeurs sur les listes électorales au Cameroun.

On peut mentionner par exemple le défaut de possession de la carte nationale d’identité, pièce essentielle qui permet d’enrôler un électeur, par un certain nombre de Camerounais.
Il y aussi le désintérêt d’une catégorie de la population vis-à-vis de la chose politique; et surtout, de nombreuses critiques acerbes des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, qui mettent souvent en évidence les carences du jeu électoral favorables au régime en place depuis le 06 novembre 1982.

D’ailleurs, certains parmi ces derniers discréditent complètement Elecam qui n’est à leurs yeux, ni neutre, ni impartial encore moins indépendant dans la conduite du processus électoral contrairement à l’esprit du code électoral.
Ces éléments réunis et bien d’autres qui font croire à un jeu électoral biaisé d’avance, ne sont pas de nature à encourager les citoyens en âge de voter à s’inscrire sur les listes électorales.

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste éditorialiste. Chef de Chaîne de la radio Tiemeni Siantou.

Tous les acteurs et parties prenantes du processus électoral dans une démocratie, devraient travailler au quotidien pour inciter les électeurs à qui revient la désignation des représentants du peuple à l’occasion de divers scrutins, à s’inscrire sur les listes électorales.
Car il ne faut pas perdre de vue que l’abstention n’est déterminée qu’à partir du nombre d’électeurs inscrits, ou effectivement attendus aux urnes lors des élections.

Afin de favoriser l’enrôlement des électeurs, le gouvernement à défaut de rendre l’inscription sur les listes électorales obligatoires pour tout citoyen en âge de voter, pourrait accorder certaines facilités et autres avantages au détenteur d’une carte d’électeur, voire plus à celui qui a effectivement voté lors de la dernière élection à laquelle il était convoqué, en ce qui concerne la fourniture de certains services publics.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…