Accueil SportAfrique SPÉCIAL – Cameroun > An 40 de Paul Biya: Le football ou l’arbre d’auréoles qui cache la forêt de la mal-gouvernance

SPÉCIAL – Cameroun > An 40 de Paul Biya: Le football ou l’arbre d’auréoles qui cache la forêt de la mal-gouvernance

Ces derniers temps, le football camerounais fait parler de lui. Presque tout le monde s’y met que ce sot sur des plateaux télévisés, des réseaux sociaux. C’est à croire que l’économie du Cameroun repose sur cette discipline. Pourtant le pays traverse une crise économique qui semble ne pas inquiète la population malgré la vie chère qui en découle. Est-ce un instrument entre les mains de l’Etat pour divertir, aliéner voir distraire la masse pour l’écarter des affaires de la Cité ?

Par panorama
0 commentaire 252 vues

Par Gabrielle Mekoui

Le football camerounais est géré par une entité qui se veut à la base non gouvernement. Il s’agit de la Fecafoot (fédération camerounaise de football). Elle doit sa tutelle a la Caf (confédération africaine de football). A sa tête se trouve un président (Samuel Eto’o Fils, ancien joueur international, il a également joué pendant longtemps avec la sélection nationale camerounaise des seniors et remporté plusieurs titres et trophées.) qui est établi par scrutin depuis 2021.

Au regard de notre observation, nous pouvons dire du football qu’il permet de redorer l’image du pays a travers ses résultats, ses succès bref ses bons scores. Par exemple, un camerounais pour indiquer son pays de provenance ou se faire identifier dira pour faire court je suis du même pays que Roger Mila, Patrick Mboma ou Samuel Eto’o Fils… Aussi les joueurs camerounais évoluant au pays acquirent une certaine visibilité pour être approché par des clubs de l’international, tel est leur rêve.

Le football génère de gros capitaux a travers le monde, et on sait tous que partout où il y a de l’argent et les hommes ; il faut s’attendre aux conflits d’intérêt qui peuvent être palpables a l’œil nu ou pas. Mais dans le contexte camerounais, ces conflits d’intérêt sautent a l’œil nu même d’un borgne.

En effet, le football camerounais rencontre un problème de politisation ce qui ne devrait pas être le cas en temps normal. D’où l’ingérence du gouvernement dans cette fédération. Le football suscite des grosses entrées, des recettes, des subventions de la Caf, de la Fifa, des sponsors… Mais derrières toutes ces recettes, aucune transparence, pas de visibilité sur ce que cela apporte sur les footballeurs, sur les clubs, sur les arbitres, sur toutes les partes prenantes. En fait le football avec ses bons résultats permet au gouvernement de cacher toute la corruption, les détournements et autres mics macs dans la gouvernance de la fédération. Le football permet également au gouvernement d’avoir des couloirs de financement, de subventions. Les investissements sont des bons prétextes pour surfacturation ; on l’a vue avec le scandale des stades d’Olembe, de Japoma et de Garoua… La participation aux tournois comme la Can ou le mondial est un autre prétexte pour gérer avec gabegie.

Selon Pierre Nka (journaliste, formateur, chercheur), on ne pourrait pas parler d’ingérence du gouvernement dans les affaires du football camerounais. Pour soutenir ses propos, il part du fat que depuis la ‘’nouvelle’’ Fecafoot dirigée par le président Samuel Eto’o Fils, on ne voit plus le Minsep (ministère des sports) comme c’était de coutume dans les années antérieures. Le Ministre des ports et sa délégation gouvernementale étaient toujours présents aux déplacements des équipes de football, tant junior, cadet ou senior et même lors des sorties a l’extérieure des équipes féminines (le staff chargé d’accompagner les joueurs était rempli des membres du gouvernement et assimilés). Le président Samuel Etoo est libre dans son management et la prise de ses décisions sans l’aval du Minsep comme jadis.

A la question de savoir si le gouvernement s’ingère dans les affaires du football camerounais ? Sur cette question Julien Chongwang (journaliste, coordonnateur et rédacteur en chef de l’édition francophone, à ScDev.Net) a répondu par l’affirmative, oui il le pense. Pour lui, il ne saurait en être autrement, le football à toujours fait partie des instruments que le gouvernement camerounais utilise pour contrôler la population et la ‘’ maitriser’’. Ainsi à partir de ce moment, il n’y a pas un jour au monde où le gouvernement camerounais ne se mêlera pas du football. Donc aujourd’hui, c’est clair que le gouvernement a une main bien mise sur le football camerounais … Comment voulez-vous qu’il ne s’y mêle pas lorsque les infrastructures appartiennent au gouvernement. Il ne faut pas qu’on soit aveugle ou amnésique au point de vouloir transposer chez nous ce qu’on voit ailleurs. Dans d’autres pays, en occident notamment quand le gouvernement dit qu’il ne se mêle pas trop au football, il insiste sur ne se mêle pas trop parce qu’il s y frotte quand même c’est-à-dire parce que de toutes les façons il y a toujours une sorte d’ingérences, cela est du au fait qu’une bonne partie des infrastructures appartiennent aux équipes de football. Ça c’est ailleurs, pas chez nous.

Il va poursuive en disant: ‘’Hors ici au Cameroun, quel club possède un stade de football ? Il n’y en a presque pas. Tous les stades sur lesquels on pratique du football sont construits par l’Etat et exploités par ce dernier. Comment voulez-vous que l’Etat ne fasse pas une ingérence dans ce milieu ? Maintenant la fédération camerounaise de football, vous allez vous rendre compte elle fonctionne sous la tutelle du ministère des sports. Ça toujours été comme ça. Vous allez voir que la coupe du Cameroun est présidée par qui ? Par le président de la république, lorsque ce n’est pas lui, c’est un de ses représentants donc un homme politique (toujours et encore le gouvernement), un membre du gouvernement. Naturellement, le gouvernement s’implique dans le football et de mon point de vue il ne peut en être autrement’’.

Pour une diversité d’opinions, nous avons abordé une dame dans la rue sur la question de savoir si l’Etat s’ingère dans le football camerounais. Cette riveraine va nous signifier qu’elle aurait bien voulu répondre à ce questionnaire en y apportant des dates, des preuves parce que tout lui revient à la tête mais avoue avoir des connaissances limitées, aléatoires, basiques. ‘’Je répondrai à la question de savoir s’il y a ingérence du gouvernement dans le football camerounais ? Par un oui. Mais c’est clair parce que je me souviens en 1994, quand le Cameroun est qualifié pour la coupe du monde. C’est un décret présidentiel qui fait revenir Roger Mila dans la tanière des lions indomptables. Le Cameroun a eu une brillante prestation en 1990, en 1994 Roger Mila n’est pas sélectionné et je crois que c’est par décret présidente que Roger Mila doit sa sélection dans l’équipe nationale pour ce mondial 94. Il n’y a pas que cela, on peut également évoquer les cas lorsque la Fecafoot était mise sous un comité de normalisation ; tout venait de la présidence de la République. Et même les événements très récents où il y a eu une espèce de confrontation, de bagarre entre le ministre des sports et le président de la Fecafoot. On voit très bien aussi là que le football est hautement politique au Cameroun. Même lors des élections pour la présidence de la Fecafoot, il y avait une sorte de guéguerre entre les candidats voir même certains membres du gouvernement à l’instar de l’animosité qui existe entre le président de la Fecafoot et le ministre des sports actuel. On a tendance de fois à oublier que la Fecafoot est une instance de la confédération africaine de football (Caf), que c’est une association, c’est pas une institution étatique. Cela montre ou traduit à suffisance la forte ingérence du gouvernement dans le football camerounais. Parce qu’effectivement il faut que des choses viennent de la présidence de la République, parce que le président de la Fecafoot peut prendre une décision et le ministre au moment de l’entériner ne le fait pas, la critique bref s’y oppose alors il faut faire recours en dernier ressort au chef de l’Etat. Le Président de la Fecafoot n’est pas entièrement libre de ses décisions’’.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 25 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie