Home Non classé Cameroun > Fridolin Nké: « Le Pcrn est en concubinage avec le Rdpc »
Non classé - 17 septembre 2021

Cameroun > Fridolin Nké: « Le Pcrn est en concubinage avec le Rdpc »

Dans une sortie, Fridolin Nké dévoile le côté cynique du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn).

« Le Pcrn est la plaie de l’opposition camerounaise. Les responsables de ce pseudo-parti politique sont vendus au Rdpc et au régime de Biya. C’est établi. C’est sûr. C’est certain. C’est pourquoi, ils sont si arrogants et se permettent d’insulter et d’attenter à la vie des camerounais(es) sans défense, comme la « pauvre » feu Mirabelle Lingom. Jamais, au grand jamais, les militants et sympathisants du Mrc ne m’avaient vilipendé, insulté et humilié autant en un seul jour. Même les faux profils du Rdpc ont plus de retenue, plus de moralité, que les gens de Cabral Libii, »

précise Fridolin Nké.

« Mais comprenez, dès aujourd’hui, qu’avec les gens de Cabral Libii, c’est le grand-frère de la fourberie, de la haine et de la violence crue. On n’est plus en politique, c’est-à-dire dans le jeu des intérêts et des idées pour faire avancer la cause commune et l’intérêt général, »

insiste Nké.

A son avis, malgré ses provocations philosophiques, les militants et sympathisants du Mrc ne s’en sont jamais pris à ses parents et, surtout, aux parties intimes de sa mère. « Même quand j’ai provoqué sciemment le Mrc dernièrement avec le cas Okala Ebodé (je sais ce que je faisais et la hiérarchie de ce parti à laquelle je m’adressais a compris, et c’est l’essentiel…), malgré ma provocation donc, les gens de Kamto n’ont pas été barbares, aussi inhumains, aussi méchants, aussi sauvages que ce que j’ai reçu en public et dans mon Inbox hier, » argumente le philosophe.

Fridolin Nké fait remarquer que les Talibans n’aiment pas la contradiction. L’enseignant du supérieur dit avoir abordé le sujet avec le Président Kamto. Il relève que les Talibans deviennent têtus lorsqu’ils sont harcelés par le pouvoir, comme actuellement, avec des centaines de civils innocents emprisonnés au faciès et au patronyme.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Bataille au sommet: La guerre de l’opinion publique refait surface

Par Serge Aimé Bikoi Au moins huit journaux en ont fait l’écho ce lundi, 23 mai 2022…