Home Politique Afrique Cameroun > Gabegie: Louis Paul Motaze justifie le financement de l’institut universitaire privé d’Amougou Belinga
Afrique - 8 décembre 2021

Cameroun > Gabegie: Louis Paul Motaze justifie le financement de l’institut universitaire privé d’Amougou Belinga

Selon le ministre des Finances, cette action participe du soutien que l’État apporte régulièrement aux entrepreneurs qui font un travail de service public.

En octobre dernier, un curieux document a fait son apparition dans les réseaux sociaux. Ce dernier indiquait que le gouvernement par le biais du ministère de l’Économie de la planification et de l’aménagement du Territoire, que dirigeait à l’époque Louis Paul Motaze, l’actuel ministre des Finances, avait donné son accord pour l’octroi d’une subvention de 680 millions de Fcfa à l’homme d’Affaires Jean Pierre Amougou Belinga. Cette importante somme d’argent  était destinée au financement des travaux de construction de l’Institut des Arts et métiers qui est sorti de terre depuis.

Le contenu de cette correspondance a provoqué un tollé général, certains camerounais voyant en cette dernière, une dotation injustifiée, accordée à un homme d’affaires, uniquement à cause de sa proximité avec certains hauts responsables de l’État. Du népotisme en somme. Interrogé sur cette actualité à l’Assemblée nationale le 5 décembre dernier, Louis Paul Motaze a tenu à justifier cette action sans pour autant la confirmer. D’après le membre du gouvernement, elle participe  du soutien que l’état apporte  régulièrement aux entrepreneurs du secteur privé, porteurs de projets de services publics.

« Le gouvernement n’a absolument rien à cacher. D’ailleurs  devant vos homologues du Sénat, j’ai eu à donner quelques indications […] je pense que le véritable problème c’est que lorsqu’on apprend que l’on a appuyé un tel opérateur économique, ou donné une telle somme d’argent pour telle société, si je suis dans le même secteur que cet individu, il est normal que je me demande pour pourquoi on lui a donné et pas à moi. Mais comprenez qu’on ne peut pas, face à l’immensité des besoins, on ne peut pas contenter tout le monde. Mais ce que nous faisons, c’est que lorsque le gouvernement estime qu’une opération est importante pour le pays, quand bien même, elle est menée par un privé, le gouvernement peut estimer que ce privé a besoin d’être appuyé», a-t-il indiqué.

Paul Tcheg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Vivre ensemble: L’unité en péril ?

Par Eric Boniface Tchounkeu Le 20 mai 1972 en effet, sur décision du Président Ahmadou Ahi…