Home Société Afrique Cameroun > Genre: le Fohic veut plus de présence féminine aux postes décisionnels
Afrique - 26 avril 2021

Cameroun > Genre: le Fohic veut plus de présence féminine aux postes décisionnels

Les membres du Forum des historiennes du Cameroun ont réitérées cette volonté le 24 avril dernier à l’occasion d’une table ronde à laquelle ont pris part de nombreux étudiants à l’université de Yaoundé I.

L’émulation de la gente féminine prend de plus en plus de l’ampleur dans la société. C’est pourquoi à travers des organisations, associations et tout autre type de regroupement, elles élèvent leurs voix afin d’être davantage considérées et traitées au même titre d’égalité que les hommes à tous les niveaux de la vie. C’est dans ce sillage que le Forum des historiennes du Cameroun (Fohic) a organisé le 24 avril dernier, une table ronde pour davantage inviter les femmes à s’émanciper et à revendiquer leurs droits. L’instant de ces échanges portait sur le thème : femme et développement : déconstruction et reconstruction de l’identité féminine. Un moment d’entretien qui entre en droite ligne avec les activités du Fohic.

Cette table ronde rentre dans la continuité de ce que nous faisons au sein de notre association c’est-à-dire mettre les femmes en avant-poste et voir ce que les femmes sont en mesure de faire.

a expliqué le Pr Wanyaka Virginie, historienne militaire et coordinatrice du Fohic, antenne de Yaoundé

Et d’ajouter

  même dans l’armée c’est au niveau de la compétence qu’il faut juger la femme et non sur l’aspect physique.

C’est pourquoi elle pense que les femmes peuvent aussi aller au front au même titre que les hommes lorsque ces dernières jouissent d’une compétence avérée. C’est ce rapport d’infériorité qu’il faut supprimer. Car selon le Dr Ada Djabou, la femme a toujours été considérée comme un être inférieur.

Elle est toujours passée en seconde zone, elle est  minorée et nous voulons changer cette vision des choses.

souligne l’historienne économique, spécialisée en relations internationales

Et de poursuivre

nous voulons que cela aille de l’avant et que les femmes soient de plus en plus représentées sur la scène politique pour pouvoir prendre des décisions importantes pour le développement de notre pays. Il suffit juste que les administrations respectent les lois promulguées par l’État car malgré le fait qu’on exige des pourcentages, dans certaines administrations les femmes sont toujours moins représentées.

Postes décisionnels


Pour la sociologue, Dr Ndjah Étolo Édith, cette table ronde trouve toute sa raison d’être parce que dit-elle

la femme est un sujet de débat aujourd’hui. On a tous une idée de la position, une idée de la condition de la femme dans divers domaines donc c’est une conférence qui peut aboutir à des actions.

Les étudiants qui ont pris part à ces échanges, en sont eux aussi sortis avec une vue plus large de l’évolution de la place de la femme dans la société camerounaise depuis les années précoloniales jusqu’à nos jours.

Nous avons retenu beaucoup de choses ça a été tellement édifiant. Par rapport à avant par exemple, beaucoup de choses ont été fait dans le domaine politique. Nous avons des femmes qui sont aujourd’hui présentes sur la scène politique, nous avons également des femmes qui occupent des postes ministériels ce qui n’était pas le cas auparavant. Beaucoup a été fait, il y a une grande évolution, mais beaucoup restent encore à faire parce que les femmes restent minoritaires dans l’occupation des postes décisionnels.

a révélé Esthelle Mbazoa, étudiante de niveau IV en histoire à l’université de Yaoundé I

Rostand TCHAMI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…