Home Opinion Politique Cameroun > Gestion du pouvoir: Paul Biya a t-i perdu la main ?
Politique - 2 semaines ago

Cameroun > Gestion du pouvoir: Paul Biya a t-i perdu la main ?

Le 19 novembre 2021, le Ministre plénipotentiaire Oswald Baboké, a publié une tribune dans plusieurs supports médiatiques intitulé : « Qui hait (est) qui ? Chienlit sur les starting-blocks du lynchage médiatique. »

Ce texte renseigne sur des luttes de positionnement entre acteurs au cœur du pouvoir à l’heure actuelle au Cameroun, car même s’il a préféré signer sa réflexion uniquement comme diplomate, il n’échappe à personne qu’Oswald Baboké est le Directeur adjoint du Cabinet du Président Paul Biya depuis le 02 mars 2018.

En s’inspirant de l’ouvrage de Patrice Duhamel et Jacques Santamaria ayant pour titre : « Les Flingueurs »publié en 2014, ce dernier fait usage dans sa tribune du vocable « chienlit » qui signifie dans son contexte : anarchie ou désordre, pour évoquer certaines choses qui se passent en ce moment et dont les principaux auteurs se trouvent même au sein du sérail.
Morceau choisis : « Depuis lors, la chienlit a trouvé refuge dans nos mœurs. Au point d’y élire domicile. Qui douterait encore de l’expérimentation tous azimuts, du jeu de massacres politiques que nous vivons chez nous, entre pseudo-collègues et vrais concurrents.

La même déloyauté se vit et sévit entre faux-homologues et certains autres pseudo-camarades, qui se réclament pourtant d’un même bord politique.
Très souvent, les auteurs de la chienlit et les victimes ciblées par la manigance et l’hypocrisie humaine sont logés à la même enseigne, guidés par une idéologique commune.

Mais divisés, « chacun pour soi, Dieu pour tous », dans une ambition concurrentielle larvée(…)Tant pis si l’impétrant n’en possède ni l’étoffe, ni la mensuration, ni l’appétence, ni la compétence…Tout le monde brigue les sommets de l’Etat- via la médisance-un épiphénomène « d’ascension-calomnie » ayant cours dans les antichambres des cours royales. »

Plus loin, Oswald Baboké écrit :

« En croyant se mettre au dessus de tout soupçon, les hommes politiques affrontent leurs camarades du même parti à travers la divulgation des documents d’Etat, censés relever de la plus haute confidentialité.
Dans ce jeu de massacres systémiques, les secrets d’Etat classés « Top secret » se retrouvent dans la rue via les réseaux sociaux. »

Il convient en effet de préciser que la tribune a été publiée notamment quelques jours seulement après la publication sur les réseaux sociaux des documents faisant état de l’octroi des dons d’argent public en milliards de Fcfa à un homme d’affaires, patron d’un groupe de médias et d’un institut privé d’enseignement supérieur par le Ministre de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du Territoire de l’époque, Louis Paul Motaze, aujourd’hui Ministre des Finances.
Par ailleurs, vers la fin de sa réflexion, Oswald Baboké se demande si « la nuit des longs couteaux » s’inaugure par le clabaudage (commérage ou médisance) et le chantage.

Il confirme ainsi l’existence des batailles souterraines et féroces au cœur du pouvoir entre les héritiers ou « créatures» de l’actuel Chef de l’Etat pour le contrôle de sa succession, même si personne parmi eux n’a encore ouvertement dévoilé ses intentions.

Paul Biya, âgé de 88 ans et au pouvoir depuis 39 ans semble impuissant devant le triste spectacle et ce ,d’autant plus qu’il n’a pas encore pu départager les uns et les autres à travers par exemple une redistribution des cartes à la faveur d’un remaniement ministériel, près de deux (02) ans après la tenue des élections législatives et municipales dans le pays.

En attendant, le peuple doit être en alerte afin qu’éventuellement le moment venu, tout se déroule suivant les règles démocratiques et éviter ainsi la création d’autres foyers de tensions et de violences dans le pays.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …