Accueil EconomieAfrique Cameroun > Glencoregate: 21 millions de dollars offerts à des fonctionnaires

Cameroun > Glencoregate: 21 millions de dollars offerts à des fonctionnaires

''La justice doit se bouger ''C'est en effet ce que pensent les camerounais après les révélations de corruption de fonctionnaires en échange d’avantages financiers d’une valeur de 67 millions de dollars.

Par panorama
0 commentaire 277 vues

Par Pierre Laverdure OMBANG

Des révélations et pas des moindres avec chiffres à l’appui et des noms qui suivent. Et pas des moindre dans cette affaire révélée aux camerounais par Akere Muna , ancien bâtonnier du barreau du Cameroun , candidat malheureux à la présidentielle de 2018.
21 millions de dollars offerts à des fonctionnaires par Glencore en échange d’avantages financiers d’une valeur de 67 millions de dollars.

En rappel , le Financial Times de Londres révélait il y’a quelques mois , le fait qu’une société étrangère plaiderait coupable sur des accusations de pots-de-vin et de corruption. Des enquêtes lancées par le Département de la Justice américain contre Glencore, une société multinationale anglo-suisse de négoce de matières premières et d’exploitation minière dont le siège est à Baar, en Suisse. Une enquête de grande envergure ouverte, où est demandé à cette société de produire les documents relatifs à sa conformité avec les lois nationales sur le blanchiment d’argent et la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger, à savoir, le Nigeria, la République démocratique du Congo et le Venezuela.

En ce qui concerne notre propre pays, le Cameroun, un avocat de Glencore a indiqué le 23/05/22 que la société plaiderait coupable d’accusations de corruption, y compris le paiement de pots-de-vin d’environ 7 milliards de francs CFA pour inciter des fonctionnaires de la Société Nationale des Hydrocarbures et de la Société Nationale de Raffinage à favoriser les opérations de Glencore au Cameroun.

Glencore International A.G et Glencore Ltd constituent l’une des plus grandes multinationales de négoce de matières premières et d’exploitation minière dans le monde et son siège est en Suisse. Ils ont chacun plaidé coupable et accepté de payer plus de 1.1 milliard de dollars, soit 674 milliards de Fcfa pour mettre fin à l’action judiciaire résultants des enquêtes lancées depuis 2018 par le gouvernement américain sur les pratiques de corruption et de fraude dans les opérations commerciales de ce groupe à l’étranger et notamment au Cameroun avec les responsables de la Sonara et de la Snh.

L’affaire fait désormais de grand bruit , l’opposition exige des comptes au gouvernement puisque Glencore, le groupe anglo-suisse spécialisé dans le négoce de matières premières, déclare avoir versé des pots-de-vin pour 7 milliards de francs CFA (environ 10,5 millions d’euros) à la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et à la Sonara, deux sociétés publiques.

Pourtant ces faits d’accusations de corruption au haut niveau de l’état ne résonnent pas au même niveau de décibel que dans le gouvernement qui ne bouge pas et fait la sourde oreille jusqu’ici et semble attendre ” les hautes inteuctions ‘ du président de la République Paul Biya. Le géant suisse a pourtant plaise coupable pour des faits de corruption , aussi ailleurs qu’au Cameroun. Les médias du monde en font écho ,mais surplace rien ne bouge depuis lors, alors que l’ opposition réclame l’ouverture d’une enquête.

L’affaire a déjà un retentissement international, d’autant que d’autres pays africains sont cités dans l’enquête, mais au Cameroun rien n’y fait. La justice attend !

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie