Home Politique Afrique Cameroun > Grande marche républicaine et pacifique du Mrc: Le Sous-préfet de Yaoundé 1er dit non
Afrique - 22 juillet 2021

Cameroun > Grande marche républicaine et pacifique du Mrc: Le Sous-préfet de Yaoundé 1er dit non

Dans une décision rendue publique hier(21 juillet 2021), l’autorité administrative motivé sa mesure en évoquant le risque de trouble à l’ordre public et le risque de propagation du covid-19.

La grande marche républicaine et pacifique projetée par le parti de Maurice Kamto n’aura pas lieu le 25 juillet 2021 à Yaoundé. Le Secrétaire national à la communication du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), qui a pris acte de la mesure d’interdiction du sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 1er, invite les militants et sympathisants, ainsi que les Camerounais, qui souhaitaient participer à cette manifestation, à rester calmes et à ne pas céder à cette nième provocation du régime en place.

Selon Joseph Emmanuel Ateba, « cet ostracisme politique, manifestation de la volonté clairement affirmée d’éradiquer le Mrc du paysage politique camerounais, ne changera rien à la détermination du parti d’œuvrer pour le changement dans la paix et par les urnes au Cameroun.

L’autorité administrative a, pourtant, reçu, le 20 juillet dernier, le Secrétaire général adjoint du Mrc, Roger Justin Noah, et le Senacom pour lui notifier l’interdiction de la manifestation publique pour laquelle la déclaration a été faite le 16 juillet 2021. Le Mrc regrette que cette manifestation, qui se voulait républicaine, soit interdite, confirmant, ainsi, l’impossibilité, pour lui, d’organiser une manifestion publique de quelque manière que ce soit au Cameroun, voire de tenir des réunions aux sièges de certains démembrements locaux.

Le parti de M. Kamto condamne donc les interdictions systématiques de toutes ses manifestations dûment déclarées, lesquelles sont contraires à la constitution, aux engagements internationaux du pays et à l’esprit de la loi en vigueur en la matière. Il s’agit, explique J.E. Ateba, « d’une pratique anti-républicaine, qui ne peut qu’exacerber les tensions politiques au Cameroun.

Le Senacom constate, par conséquent, que le Mrc est la cible de ces interdictions arbitraires et contraires aux pratiques des régimes démocratiques. Il note qu’en date du 12 juillet 2021, le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 1er a délivré le récépissé de déclaration de la manifestation publique pour une marche de soutien au Président de la république alors prévue le 16 juillet dernier de Warda à la sous-préfecture, ceci en violation de l’obligation légale de déclarer la manifestation publique au moins sept jours avant.

Le 18 juillet, un groupuscule d’individus a organisé une marche à Ebolowa sans déclaration préalable et cette marche a été, pourtant, encouragée et encadrée par la police. Le 21 juillet, des compatriotes ont pris part à une marche de soutien au Président de la république à Mokolo dans le département du Mayo Tsanaga dans L’Extrême-Nord sans aucune observation des mesures- barrières anti-covid 19.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…