Home Culture Afrique Cameroun > Harmonisation du croissant lunaire: Une première Évaluation des activités
Afrique - 12 juin 2021

Cameroun > Harmonisation du croissant lunaire: Une première Évaluation des activités

Le Conseil Camerounais du Croissant Lunaireni a tenu ce jour à Yaoundé, au siège de la Jeunesse Islamique du Cameroun, une réunion d’évaluation de ses activités, après sa mise en place il y a trois mois et demi.

Une dizaine d’associations et organismes ont effectivement pris part à cette rencontre riche en propositions. À l’issue de ces échanges, le président en exercice du Cccl, les membres et quelques participants ont été reçus par Sa Majesté le Sultan roi des Bamoun, Sénateur, El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya.

Ce dernier a salué le travail qu’abat le Cccl depuis sa mise en place, et l’a encouragé à aller de l’avant dans la voie du consensus et de l’harmonie. Le Sultan a exprimé tout son soutien au CCCL et l’attend dans le Noun, pour la formation des leaders sur la question du croissant lunaire. Il a encouragé le travail d’éducation et de formation des chefs religieux à travers le Cameroun sur cette question qui nécessite des connaissances pointues.

PROPOS LIMINAIRE DU PRESIDENT GENERAL DE L’ASSOCIATION SOLIDAIRE POUR A VOCATION ISLAMIQUE (ASSOVIC), PRESIDENT EN EXERCICE DU CONSEIL CAMEROUNAIS DU CROISSANT LUNAIRE,

SON EMINENCE FESSAL MOUNIR NSANGOU

Yaoundé, le 12 juin 2021

Au Nom d’Allah, Le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux,

Louanges à ALLAH, Seigneur des Mondes, qui a accepté que notre assise ait lieu ce jour à Yaoundé,

Chers frères et sœurs, leaders d’associations,

Mesdames et Messieurs,

Que la Paix et la Bénédictions d’ALLAH soit sur vous !

Je suis heureux et honoré de présider cette première rencontre du Conseil Camerounais du Croissant Lunaire en ma qualité de président en exercice, après la signature du Protocole d’accord à Douala, le 3 avril 2021.

Avant toute chose, permettez-moi d’exprimer ma reconnaissance à la Jeunesse Islamique du Cameroun qui a accepté d’abriter cette assise et de vous offrir les commodités nécessaires. C’est le bel exemple de cohésion, de fraternité et de solidarité qui doit nous caractériser. Allah ne dit-il pas que « Tous les musulmans sont des frères » ?

Chers frères et sœurs,

La rencontre de ce jour, comme je l’indiquais, est la toute première trois mois et demi après le lancement effectif de nos activités. Comme beaucoup d’entre vous l’ont constaté, le Conseil Camerounais du Croissant Lunaire a quasiment fait irruption dans notre quotidien et dans notre paysage, après une série de rencontres ayant mobilisés des leaders d’Associations islamiques autorisées au Cameroun.

En effet, c’est en février 2021 que nous avons entamé ce processus à Douala, sous l’égide de l’Association pour l’Observation Astronomique et avec la facilitation de notre frère Mohamed Azize Mbohou. A lui, se sont joint d’autres volontés comme le Pr. Souley Mane Bouba de la Commission Nationale du Croissant Lunaire et Sheick Oumarou Malam Djibril et plus tard les facilitateurs issus de toutes les trois Associations islamiques autorisées. Ce qui faisait un groupe d’au-moins 10 personnes qui ont travaillé pendant plusieurs semaines.

 Si à cette première rencontre en vue de mettre sur pied un organe unique et consensuel de gestion du croissant lunaire au Cameroun, deux des trois associations islamiques autorisées par décret présidentiel étaient présents, à savoir l’Association Solidaire pour la Vocation Islamique (Assovic) et l’Union Islamique du Cameroun (Uic), la troisième l’Association Culturelle Islamique du Cameroun (Acic) va rejoindre la plateforme, et les échanges ont été denses, riches et porteurs.

Pourquoi je parle d’échanges denses, riches et porteurs ? Eh bien parce qu’après la première réunion en février, une deuxième aura lieu le 14 mars à Yaoundé organisée par l’Assovic et en présence des représentants des deux autres associations, ainsi que de nombreux acteurs impliqués dans le processus. Cette rencontre a été décisive, car elle a permis de jeter les bases solides et consensuelles du Protocole d’Accord duquel découlera le Conseil Camerounais du Croissant Lunaire.

La troisième réunion aura lieu à Douala, le 28 mars, organisée cette fois-là par l’Acic, avec la présence effective des trois présidents d’associations islamiques autorisées et de leurs bureaux respectifs. Elle a permis de relire les termes du Protocole d’Accord et d’exprimer notre totale adhésion à la démarche de consensus et de solidarité. Et nous nous sommes accordés sur le fait que la rencontre de signature dudit Protocole aurait lieu une semaine plus tard à Yaoundé, toujours sous l’égide de l’Acic. Mais malheureusement, à cause de l’indisponibilité de son président, je suppose, et d’autres raisons qu’il n’est pas aisé de mobiliser, il y a eu, en dépit des relances, un retard et un silence incompréhensibles. C’est dans ce contexte que, pour éviter que chaque Association active sa part de commission du croissant lunaire, les présidents de l’Assovic et de l’UIC ont signé le Protocole d’Accord le 03 avril dernier, comme je l’ai dit.

Certains se demanderont pourquoi seulement l’Acic, l’Assovic et l’Uic ? Simplement parce qu’il faut que nous soyons en harmonie avec les lois de la République. Et la lumière de la loi, seules ces trois Associations religieuses sont autorisées pour ce qui est de la religion musulmane au Cameroun. Toutefois, nous ne disons pas que les associations déclarées n’ont pas leur place. Nous voulons simplement faire connaître qu’une organisation sérieuse de notre communauté doit s’appuyer prioritairement sur ce que la loi prévoit, c’est-à-dire sur les Associations autorisées. Et après, une grande dynamique permet de mobiliser tout le monde. Car, chaque organisation joue un rôle majeur dans le rayonnement de l’Islam au Cameroun.

Chers frères et sœurs,

Beaucoup de déclarations ont été faites sur le fonctionnement du Cccl. Mais il me plaît de dire ici que nous nous appuyons fondamentalement sur les prescriptions du Noble Coran et de la Sunna du Saint Prophète (Pbsl) pour informer sur le croissant lunaire. A côté de ces méthodes, nous allions le calcul astronomique et la technologie grâce aux prouesses salutaires de l’Association pour l’Observation Astronomique (Aoa) qui coordonne le Comité Scientifique et Technique du Cccl. Toutes ces informations ne sont rendues publiques qu’après l’avis des jurisconsultes qui s’assurent de leur conformité avec les prescriptions de la religion. Vous comprenez que l’avis des Oulémas est fondamental dans le travail de prévision et d’information que nous faisons. Pour ce qui est des moyens de fonctionnement, comme vous l’entendrez tout à l’heure dans le bilan du Secrétaire Permanent, ils viennent exclusivement des Associations signataires du Protocole d’Accord.

D’autre part, nous ne devons pas perdre de vue que nous sommes dans un pays laïc et dans un monde qui évolue. A ce titre, il nous revient, nous musulmans, de nous organiser au sein de notre religion et de nous adapter, afin de faciliter la tâche aux pouvoirs publics. Si nous sommes unis et solidaires, on nous prendra au sérieux et accordera la place d’honneur et de respect qui revient à l’Islam, au même titre que les autres religions présentes au Cameroun.

Je voudrais donc inviter tous et chacun à œuvrer pour la cohésion, l’unité et la concorde de la Communauté Musulmane, et non de fragiliser et de tribaliser. Faisons de la liberté de culte et de la laïcité chers au Président de la République, Paul Biya, de précieux acquis à sauvegarder. Soyons des musulmans à l’intérieur des mosquées et en dehors, dans nos vies quotidiennes, pour paraphraser le Chef de l’Etat, dans son discours d’inauguration du Complexe Islamique de Tsinga en 1996. Travaillons pour l’unité et la solidarité de la Communauté, et non pour la fragiliser. Car, sa fragilité nous déshonore. Nos affrontements inutiles pour un leadership incompréhensible nous détruit et nous déshonore.

Pour terminer mon propos, je souhaite vivement que cette rencontre nous permette de baliser le chemin, pour un déploiement harmonieux et consensuel du Cccl et partant pour l’Islam au Cameroun.

Que le Seigneur nous aide et nous bénisse.

Que le Seigneur protège le Cameroun et assiste le Président de la République, Paul Biya dans son immense tâche de préservation de la paix et de l’intégrité du Cameroun.

Mohamed Azize Mbohou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Bataille au sommet: La guerre de l’opinion publique refait surface

Par Serge Aimé Bikoi Au moins huit journaux en ont fait l’écho ce lundi, 23 mai 2022…