Home Politique Afrique Cameroun > Hommage au Roi disparu: Maurice Kamto appel à une élevation digne du disparu
Afrique - 28 septembre 2021

Cameroun > Hommage au Roi disparu: Maurice Kamto appel à une élevation digne du disparu

J’ai appris avec consternation le décès de Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya, Roi des Bamouns survenu le 27 septembre 2021 à Paris, des suites de maladie.

En mon nom propre, et à celui des militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), je prie la famille royale et la grande communauté Bamoun, si durement affectées, de recevoir mes condoléances les plus attristées.

S.M. le Sultan Roi des Bamouns a été durant sa vie un homme multidimensionnel : grand commis de l’État, acteur politique majeur, diplomate chevronné, dirigeant respecté du football camerounais, symbole religieux et culturel important, il a incarné en majesté toutes ces dimensions de sa personnalité et ces différents profils de son parcours exceptionnel.

Il aura été un témoin privilégié de l’histoire contemporaine du Cameroun.
Par-dessus tout, S.M. le Sultan Roi des Bamouns, Ibrahim Mbombo Njoya, s’est élevé de façon exceptionnelle lors du fameux Grand Dialogue National, organisé en septembre 2019.

Il fut la seule personnalité de premier plan du Rdpc à y exposer publiquement au peuple camerounais son analyse froide de la situation politique et sécuritaire du pays, et à esquisser des solutions républicaines et patriotiques, ne craignant d’aller à contre-courant du discours officiel, en dépit de la fureur qu’il savait que cela manquerait de susciter chez les partisans de l’inertie et de l’arrogance.

Après un diagnostic fort lucide, cet Homme d’Etat, pétri d’expérience, exposait ainsi, courageusement, ses solutions pour sortir le pays des crises multiformes auxquelles est confronté notre pays :

« Je continue à penser et le répète, que le problème qui se pose au Cameroun est aussi celui de l’alternance et le seul remède qui pourrait guérir le mal est :

La révision de la Constitution ;

La limitation du mandat présidentiel à 2×5 ans non renouvelable ;

L’élection à deux tours ;

La révision du code électoral ;

La décentralisation dont il faut accélérer la mise en place, dans les 06 mois qui suivent le dialogue. ».

Puis il précisait, comme pour souligner l’absurdité de la thèse selon laquelle on ne discute pas de la forme de l’État :

« Il ressort des faits historiques ci-dessus énumérés, et qui sont loin d’être exhaustifs, que si nous voulons trouver une solution durable à la crise Anglophone, nous devons mettre en place une Commission de Rédaction de la Constitution qui préparera une nouvelle Constitution Fédérale pour le Cameroun. »

Cette appréciation sans complaisance de la situation nationale, largement partagée par les républicains patriotes de tous les bords, et même par la communauté internationale, suscita pourtant l’ire du Premier Ministre et de tous les extrémistes du régime, qui ne manqueront certainement pas de célébrer maintenant l’illustre disparu.

J’invite tous les militants et sympathisants du Mrc, tous les Camerounais sans distinctions d’appartenance politique ou religieuse, à rendre à S.M. Ibrahim Mbombo Njoya un hommage vibrant, élevé, digne de la lucidité et de l’amour dont il fit ainsi preuve avec courage, dans une situation exceptionnelle pour son pays et son peuple.

Que la terre de nos aïeux lui soit légère.

Le 28 septembre 2021

Maurice Kamto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …