Home Société Afrique Cameroun > Homosexualité : Human Rights Watch veut imposer la pratique au pays de Biya
Afrique - 15 avril 2021

Cameroun > Homosexualité : Human Rights Watch veut imposer la pratique au pays de Biya

Dans son communiqué du 14 avril 2021, l’Ong accuse les forces de sécurité camerounaises d’abus à l’endroit des personnes Lgbt.

Human Rights Watch (Hrw) semble oublier que l’homosexualité est un crime au Cameroun depuis 1972. Aux termes de l’article 347-1 du code pénal camerounais, promulgué par la loi No 2016/007 du 12 juillet 2016.

 Est punie d’un emprisonnement de six (06) mois à cinq (05) ans et d’une amende de vingt mille (20.000) à deux cent mille (200.000) Fcfa, toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe.

 Au regard de la loi, on ne peut parler d’abus de la part des forces de sécurité camerounaises.

Elles agissent en toute légalité. Quand Hrw déclare que la notion de droits des minorités sexuelles n’est intégrée au Cameroun, vraiment il y a de quoi rigoler. Dans le dictionnaire, le terme ‘’droit ‘’définit ce qui est sans déviation, d’un bout à l’ordre. Il se situe dans le même sillage que le vocable ‘’déviance’’. La déviance intègre l’ensemble des comportements s’écartant des normes, d’un groupe ou d’une société et qui donne lieu à des sanctions formelles et/ou informelles selon leur gravité.

Du point de la loi, les lesbiennes, gay, bisexuels et transgenres (Lgbt) doit être traqués jusque dans leurs derniers retranchements. Tant pis pour ceux qui se laissent instrumentaliser par Human Rights Watch et les autres organisations prétendant défendre les droits humains. Les autorités camerounaises ne sont pas disposées à abroger la loi qui criminalise les rapports homosexuels. La protection des ‘’droits des personnes Lgbt’’ ne les intéressent pas. N’en déplaise aux défenseurs de la cause homosexuelle qui s’agitent à longueur de journée. 

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Bataille au sommet: La guerre de l’opinion publique refait surface

Par Serge Aimé Bikoi Au moins huit journaux en ont fait l’écho ce lundi, 23 mai 2022…