Afrique LA UNE Politique panorama 25 octobre 2020 (0) (133)

Cameroun > Horreur de Kumba: René Sadi avoue un laxisme administratif

Partager

Lors de son point de presse le 24 octobre 2020 suite aux actes horribles de Kumba, le ministre de la Communication a avoué que le complexe scolaire privé Mother francisca international bilingual academy, n’a pas bénéficié des mêmes mesures de protection que d’autres établissements scolaires du département de la Mémé.

En effet, un groupe de près d’une dizaine de terroristes, munis d’armes de guerre et constitués en véritable commando, a fait irruption, à bord de trois motocyclettes, dans l’enceinte du complexe scolaire privé dénommé Mother Francisca international bilingual academy, et a froidement ouvert le feu sur des élèves se trouvant dans les salles de classe”,

a révélé le ministre de la Communication lors de son adresse à la presse le 24 octobre dernier.

Et d’ajouter

il y a lieu de relever, pour le regretter, que le complexe scolaire privé Mother Francisca international bilingual academy n’a lancé ses activités qu’en ce début d’année scolaire 2020/2021, à l’insu des autorités administratives compétentes, et n’a pu bénéficier des mêmes mesures de protection que d’autres établissements scolaires du département de la Mémé”.

Une révélation faite par le patron de la Communication gouvernementale qui montre bien que si le Sous-préfet de Kumba, le Préfet de la Mémé, le Gouverneur de la région du Sud-ouest, le Délégué régional du ministère des Enseignements secondaires pour le Sud-ouest avaient véritablement et efficacement fait leur travail en repérant tout ce qu’il y a comme école dans cette ville en proie à une crise qui dure 4 ans déjà, ces crimes crapuleux auraient certainement été évités.

Car le fait pour eux d’informer les forces de maintien de l’ordre de l’existence de cette école devaient permettre à ces dernières d’y assurer un cordon de sécurité. Que non. Cette négligence administrative a malheureusement entraîné la mort de 06 élèves soit 05 filles et 01 garçon, tous âgés entre neuf 09 et 12 ans et causé 13 blessés, soit 10 filles et trois 03 garçons, dont sept 07 cas avérés préoccupants. Le pire s’étant déjà tristement produit, René Sadi a indiqué qu’au plan sécuritaire,

des unités spéciales des forces armées camerounaises ont entrepris la sécurisation de la ville de Kumba”.

Condamnant avec la dernière énergie les auteurs de cet acte odieux, lâche et abominable, perpétré contre des jeunes innocents le porte-parole du gouvernement a souligné qu’aucune cause au monde ne peut justifier ou légitimer de telles atteintes systématiques à la vie d’êtres humains, encore moins, à celle d’enfants innocents, d’élèves, ou d’étudiants, qui doivent aller à l’école, au collège, au lycée, à l’université, pour se former et être en mesure de se prendre en charge, et d’assumer dans le futur la relève de leurs aînés.

Allégations mensongères

A cet effet,

Le gouvernement de la République entend cette fois encore, prendre à témoin le peuple camerounais tout entier, et dénoncer fermement tous ces concitoyens qui, tapis dans l’ombre à l’étranger, dans leurs pays d’accueil, orchestrent ces assassinats ignobles et alimentent le climat d’insécurité dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest”,

a souligné l’ancien ministre chargé des missions à la présidence de la République.

Et d’ajouter

Le gouvernement entend également en appeler, une fois de plus, à la coopération active et sincère des pays amis où sont hébergés les commanditaires de cette rébellion armée, ainsi qu’à celle des organisations internationales, si attachées à la défense des droits de l’homme, afin qu’ils aident à leur neutralisation et à la consolidation du processus de pacification des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest”.

Le Mincom n’a pas manqué de réfuter catégoriquement,

Les allégations mensongères ainsi que les subterfuges et autres manœuvres desdites bandes armées, tendant à imputer sans scrupules à nos Forces de défense et de sécurité, au travers d’interminables campagnes de propagande dans les réseaux sociaux, les atrocités de toutes sortes qu’elles commettent contre les populations des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, à l’instar de l’attentat horrible de ce jour (24 octobre 2020… Ndlr)”.

Rostand TCHAMI


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *