Home Société Afrique Cameroun > Horreur: Les ambazoniens décapitent 16 personnes encore non identifiées
Afrique - 20 juillet 2021

Cameroun > Horreur: Les ambazoniens décapitent 16 personnes encore non identifiées

Selon certaines informations reçues, les 16 personnes décapitées seraient présentées comme soldats du Bataillon d’Intervention Rapide du Cameroun .

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux ont peu voir des corps superposés les uns sur les autres , des têtes arrachées de leur corps et alignées à même le sol . Des images atroces d’une décapitation humaine . En fond sonore des voix presque inaudible difficile à décrypter ,car le langage hermétique,. On peut entendre des rafales , et d’éléments du groupuscule terroriste manipuler les corps imbibés de sang tout frais qui gicle des corps entreposés.

Dans les réseaux sociaux , les personnes décapitées sont présentées comme appartenants a un corps spécialisé de l’armée camerounaise par bourreaux .Difficile cependant de les identifier comme tels .

Si la vidéo reste encore peu partagée dans les réseaux sociaux , notre source digne de foi et crédible qui informe sur la scène qui vient de se dérouler dans la zone dite de crise anglophones dans le Nord-ouest devenue une zone d’horreur .

Depuis quelques mois déjà , les séparatistes ambazoniens sont passés à la vitesse supérieure de l’abomination , ils réclament l’indépendance des régions habitées par la minorité dites anglophones camerounaise.
Ces derniers intensifient des attaques contre les forces de défense et des fonctionnaires et même parfois des civils .

Au moins 16 personnes ont été tuées dans une des régions anglophones du Cameroun, rien ne filtre jusqu’à cet instant sur les circonstances de autour de cet assassinat en groupe . Des personnes présentées comme des soldats du Bataillon d’Intervention Rapide , mais il faut attendre pour confirmer nous confie notre source.

Depuis quatre ans, les régions anglophones du Cameroun ont sombré dans un cycle meurtrier de violences qui a fait plus de 3 500 victimes et provoqué le déplacement de leurs foyers de plus de 700 000 personnes selon le dernier rapport de l’Ong Human Rights Watch publié en février 2021.

Au mois de juin dernier , au moins cinq gendarmes étaient tués dans les régions anglophones du Cameroun, dans deux attaques distinctes . Ce qui portait en moins d’une semaine, les chiffres à dix militaires camerounais tués en zone anglophone, dans des attaques attribuées par le gouvernement aux séparatistes anglophones.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Canada > Barreau de Montréal:  Me. Olivier Chi Nouako radié du Barreau de Montréal.

Par Junior Atogo’togo C’est dans le dossier No 56- 17 – 03101 du 05 février 2021 qu’est co…