Home Politique Afrique Cameroun > Immigration: François Biba froisse le régime de Biya
Afrique - 2 août 2021

Cameroun > Immigration: François Biba froisse le régime de Biya

Dans une tribune, l’élu du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn) explique que c’est le système actuel qui en est responsable.

« Arrêtez de tuer la jeunesse. Ne nous voilons pas les yeux. S’ils prennent ce chemin, c’est à cause de l’absence de débouchés. Pas d’emplois, car tous quadrillés par une tranche de la société. Pour ces quelques postes, ils sont obtenus moyennant rançon, »

déclare François Biba. Le député Pcrn regrette le fait qu’il n’y ait pas de place pour les jeunes dans les grandes écoles.

La majorité  est réservée à une certaine catégorie de la population, et le reste attribué aux plus offrants.

« Oui, vous êtes responsable de tous ces corps qui flottent dans la Méditerranée. Oui, vous êtes responsables de tous ces corps rongés par les vautours dans les déserts.  Oui, vous êtes responsables des maltraitances et sévices subis par les jeunes compatriotes sur le chemin de la mort. Oui c’est vous les responsables, »

fulmine Biba.

Le représentant du peuple à l’Assemblée Nationale décrit la Méditerranée, un immense cimetière de la jeunesse africaine et camerounaise.  A la recherche d’un mieux-être, à la chasse de la terre promise, du paradis sur terre. Un eldorado peint dans les contes et chimères entretenus par certaines personnes de la diaspora qui prennent soin d’enjoliver leur quotidien autour d’artifices, de paillettes et de vie luxuriante.

De l’avis de François Biba, la Méditerranée engloutit telle la baleine blanche Moby Dick, les jeunes qui courent après leurs rêves. Le désert voit l’idéal des jeunes fondre sous un soleil accablant. Chaque jour, l’on enregistre plusieurs départs. Chaque jour, l’on enregistre les cas des jeunes qui n’arriveront jamais à destination. Des jeunes dont les familles n’entendront plus jamais parler. Des jeunes qui ont voulu « boza » parce que l’Etat, défaillant dans sa politique, ne leur offre pas les moyens nécessaires pour s’en sortir.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Bataille au sommet: La guerre de l’opinion publique refait surface

Par Serge Aimé Bikoi Au moins huit journaux en ont fait l’écho ce lundi, 23 mai 2022…