Accueil EconomieAfrique Cameroun > Incendie à la Sonara: Pourquoi le patron de Activa est convoqué au Tribunal criminel

Cameroun > Incendie à la Sonara: Pourquoi le patron de Activa est convoqué au Tribunal criminel

Richard Lowe doit confirmer, aux OPJ, que la raffinerie n'était plus couverte par une police d'assurance au moment de l'incendie de fin mai 2019.

Par panorama
0 commentaire 260 vues

Par Mon’Esse

Le directeur général de la société d’assurances Activa, Richard Lowe devait, vendredi, déférer à une convocation du corps spécialisé des officiers de police judiciaire du Tribunal criminel spécial (Tcs) à Yaoundé, la capitale camerounaise. Selon le document consulté par votre site, cette assignation est conforme aux instructions de la procureure générale près ladite cour, dans le cadre d’une affaire opposant le ministère public et la Société nationale de raffinage (Sonara) «pour soupçons de détournement de biens publics et négligence systématique ayant entraîné l’incident du 31 mai 2019 à la Sonara».

Qualifié de «suspect», le nom de Richard Lowe est régulièrement cité depuis que la principale unité de raffinage d’or noir du pays, sise à Limbe (Sud-Ouest), a vu une bonne partie de ses installations partir en flammes le 31 mai de cette année-là.

Les responsables d’Activa et de la Sonara avaient déjà, Le 17 juillet suivant, été auditionnés par le commandant de la légion de gendarmerie et le chef de la division régionale de la sécurité publique du Sud-Ouest, dans le cadre d’une «procédure d’enquête conjointe en flagrance». Côté Sonara, avaient été convoqués le directeur de l’exploitation, Louis Marie Tiako, ses collègues en charge de la maintenance, de la qualité, de l’hygiène, de la sécurité, de l’environnement et de l’inspection Alain Wa Londa et Mohama Nayelwa respectivement, la directrice des finances et de la comptabilité, Véronique Nkengue ainsi que le chef de Projet phase 1, Derrick Takere. Aux officiers de police judiciaire, ils devaient fournir des explications sur le non renouvellement de la police d’assurance de la raffinerie au moment du sinistre, le contrat ayant officiellement expiré le 14 mai d’avant.

Selon nos investigations, le 1er avril d’avant, sous les références n 011.19/Aono/Sonara/Cipm/2019, un appel d’offres national ouvert fut lancé pour le renouvellement du programme triennal (2019-2020-2021), équivalent à 36 mois des polices d’assurances de l’entreprise. Il s’agissait alors d’une procédure d’urgence, visant à régulariser un impératif. Les prestations à exécuter étaient réparties en quatre lots distincts couvrant les risques du patrimoine, les risques de responsabilité civile, les risques de transport et le parc automobile.

L’ouverture des plis (offres administratives et techniques, offres financières) des soumissionnaires eut lieu le 19 suivant, mais les résultats ne furent jamais été publiés. A en croire des indiscrétions le directeur général de la Sonara, Jean Paul Simo Njonou, en poste depuis le 14 janvier 2019, a plutôt insisté auprès de la commission interne de passation des marchés pour avoir la primeur de l’annonce de la bonne nouvelle aux heureux bénéficiaires de la prestation, dont le chef de file n’était autre que Activa. Mais pourquoi donc cette insistance ?

Après des coups de fil à ces derniers, il se susurre que M. Simo Njonou attendait en retour un «geste» – et donc un retour d’ascenseur avant la signature effective des contrats. Mais rien ne vint.

Toujours est-il que, au matin du 1er juin, le manager se glissera subrepticement dans son bureau. Fébrilement, il ira exhumer les contrats séquestrés par lui-même depuis quelque six semaines. Par téléphone et tout en sueur, il convoquera d’urgence les assureurs retenus au terme de l’appel d’offres pour leur notifier leur nouveau contrat. A en croire des sources proches du dossier, ce n’est que cinq jours après l’incendie que la Sonara aurait versé l’argent aux assureurs Activa et Nsia.

C’est des détails sur ce pan de l’affaire, dont il apparaît clairement que la Sonara ne disposait plus de polices d’assurance au moment de l’incendie, que les Opj du Tcs souhaitent élucider avec les responsables de Activa et bien d’autres acteurs encore.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie