Home Société Afrique Cameroun > Injustice: Le journaliste Adalbert Hiol désormais libre sans jugement
Afrique - Médias - 11 mai 2021

Cameroun > Injustice: Le journaliste Adalbert Hiol désormais libre sans jugement

Le journaliste vient de quitter, il y’a quelques instant la prison centrale de New Bell , ceci après 18mois de détention et le paiement de la somme de 2 555 000 Fcfa d’amendes sans aucune justification.

Une détention qualifiée d’arbitraire selon certaines organisations non gouvernementales dont notamment, Mandela center qui laisse entendre que le journaliste  » n’a jamais eu droit à un procès équitable. »

Dans sa note d’information  » N°51 /MCI, l’ong fait lire Cameroun : 18 mois de détention arbitraire pour un journaliste et défenseur des droits de l’homme . »

Albert Hiol , Directeur de publication du journal  » Ades- Infos jeunesse en Action avait été incarcéré à la prison centrale de Douala New-bell ,pour propagation de fausses nouvelles ,injures et diffamation après avoir été condamné pour 18 mois, depuis le 7 novembre 2017 .

Des accusations qui découlait d’une plainte pour diffamation déposée par Louis Richard Njock, le directeur d’un hôpital régional à Edea, une ville dans le littoral de Douala.

Le tribunal de première instance de Douala Bonanjo avait alors déclaré, le journaliste coupable de ces accusations et l’a condamné à 18 mois de prison et à une amende de 2 millions de francs Cfa .

Hiol a également été condamné à payer à Njock 10,5 millions de francs (17 809 dollars) de dommages et intérêts et de frais de procédure, et son journal a été interdit de publication pendant six mois, selon ces documents.

Le journaliste après avoir purgé sa peine est désormais libre. Il faut repréciser que ce dernier avait été incarcéré à la prison centrale de Douala New-bell ,pour propagation de fausses nouvelles ,injures et diffamation.

On se souvient curieusement encore que il y’a quelques jours, Denis Nkwebo président du syndicat national des journalistes du Cameroun déclarait de manière péremptoire que  » il y’a aucun journaliste en prison au Cameroun condamné pour une faute ou un motif professionnel . Peut être avait-il omis le cas de Hiol Adalbert .

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Magouille autour des visas: L’Ambassade d’Allemagne décline toute responsabilité

Par Antoine Bivana En cas de paiement, l’Ambassade d’Allemagne invite les usagers à faire …