Home Politique Afrique Cameroun > Intimidation: Près d’une trentaine de militants du Mrc condamnés.
Afrique - 8 décembre 2021

Cameroun > Intimidation: Près d’une trentaine de militants du Mrc condamnés.

« Rébellion, insurrection, révolution, attroupement et réunion non- autorisée » sont des motifs retenus contre ces derniers.

Des acteurs politiques du parti du Maurice Kamto ont reçu des peines allant de un à 5 ans d’emprisonnement ferme dans les tribunaux de Douala et de Bafoussam.

La peine la plus lourde infligée est celle liée à la condamnation à cinq d’emprisonnement ferme de deux militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(Mrc). Il s’agit de John Tenanbou et Cyrille Nguefack, qui sont, tous les deux, déclarés coupables pour des motifs mentionnés supra. Ils doivent payer, dans la même veine, une amende évaluée à 200.000 Fcfa et les dépens, dont le montant est de 485.300 Fcfa, soit 342.850 Fcfa par personne. La contrainte par corps est de 18 mois en cas de non-paiement.

D’autres militants à Douala sont condamnés à trois ans d’emprisonnement ferme. C’est le cas, entre autres, de Cyrille Sakang, Jean Gaston Seungnwso, dont l’amende à payer est de 200.000 Fcfa et les dépens à 730.200 Fcfa, soit 465.150 par personne. Contrainte par corps: 18 mois en cas de non-paiement. Un mandat d’arrêt a été décerné contre Arnold Ndjeukam, Romain Nono et à Vignoli Wapi déclarés, tous, coupables et condamnés à deux ans d’emprisonnement ferme. Leurs amendes s’évaluent à 200.000 Fcfa et les dépens à 613.500 Fcfa. Aussi y a-t-il des peines de 18 mois et de un an d’emprisonnement ferme infligées à une dizaine de militants et de sympathisants du Mrc.

Est acquitté de toutes les charges au bénéfice du doute Siakam Nzepang non coupable de révolution et d’insurrection. De même, Henry Zeuleufack et Béatrice Sidoine Djonte sont non-coupables d’insurrection, mais par contre ils sont coupables d’attroupement, réunion et manifestation publique. L’article 116 du Code pénal requalifié en tentative d’insurrection les condamne à 12 mois d’emprisonnement ferme. 150.000 Fcfa d’amendes chacun et les dépens à 609.700 Fcfa, soit 353.255 Fcfa chacun.

Relativement au cas de quatre militants, à savoir Dibathe Keutcham, Yvan Makon, Éric Mangwassa,etc, après les débats sous la conduite de Me Moualal, avocat des détenus, les accusés qui comparaissaient libres se sont désolidarisés du collectif du parti. Cette affaire est mise en délibéré le 14 décembre 2021. D’autres affaires mises en délibéré ce jeudi, 9 décembre 2021 à Douala. A Bafoussam, sur les 33 militants détenus, 16 sont libres alors que deux sont condamnés pour rébellion, manifestation publique non- déclarée et insurrection. La curiosité dans ces sentences, c’est que des militants et sympathisants sont condamnés qui à 18 mois d’emprisonnement ferme, qui à trois ou deux ans pour manifestation non- autorisée alors que selon le code pénal, ils n’ont droit qu’à six mois d’emprisonnement ferme.

Sont aussi mises en délibéré, cette fois-ci pour le 21 décembre 2021, les affaires :

  1. Commissaire du gouvernement contre Mispa Awasum, présidente nationale des femmes du Mrc;
  2. Comlissaire du gouvernement contre Hermann Kessouo Mbevo;
  3. Commissaire du gouvernement contre Pascal Zamboue. Ce sera au Tribunal militaire de Yaoundé.

En rappel, ces condamnations concernent les militants et sympathisants qui avaient organisé des manifestations pacifiques le 22 septembre 2020. Histoire d’exiger la résolution de la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la réforme consensuelle du système électoral et de dénoncer le scandale de la Can. Le conseil de ces militants et sympathisants du Mrc condamnés a dix jours pour interjeter appel.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Vivre ensemble: L’unité en péril ?

Par Eric Boniface Tchounkeu Le 20 mai 1972 en effet, sur décision du Président Ahmadou Ahi…