Accueil EnquêtesAfrique Cameroun > Jeux de la Solidarité islamique: Péril sur l’organisation des premières olympiades africaines

Cameroun > Jeux de la Solidarité islamique: Péril sur l’organisation des premières olympiades africaines

Faute de financements et de paiements, les sous-traitants refusent d’achever la première phase du chantier devant accueillir les compétitions. Dans le même temps, l’entreprise Magil exige 37 milliards de Francs Cfa pour boucler la deuxième moitié et débuter les travaux de la phase 2, alors que le budget prévu a déjà été consommé l’entreprise franco-canadienne. A mi-parcours, 162 milliards de Francs Cfa déjà décaissés par le trésor public camerounais.

Par panorama
0 commentaire 218 vues

Enquête de Joseph OLINGA N.

Le chronomètre tourne pour les délais donnés par le Cameroun, en vue de la livraison des infrastructures destinées à la tenue des sixièmes jeux de la solidarité islamique. Le ministre des sports et de l’éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi et le président du comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), Hamada Kalkaba Malboum, ont donné des promesses fermes à la mission de la Fédération sportive de la solidarité islamique (Fssi) qui était en mission d’inspection des infrastructures début mai 2022. Si le stade Ahmadou Ahidjo et le Palais des sports de Yaoundé sont prêts à accueillir certains meetings, la certitude n’est pas partagée au Complexe sportif d’Olembe qui doit accueillir l’essentiel des compétitions prévues.

Selon les accords convenus entre le Cameroun et la Fédération sportive de la solidarité islamique, les infrastructures devant accueillir les compétitions doivent être réalisées à 70% fin 2023. Délais qui nécessitent 20 mois de travail continu, jour et nuit, indiquent les spécialistes du bâtiment et des travaux publics. Dans le même temps, la livraison définitive des infrastructures est attendue au mois de juin 2024. Hors, à date le chantier est complètement à l’arrêt. Il faut ajouter 24 mois de travaux intenses pour achever la construction de la première phase de la construction du Complexe sportif d’Olembe.

Travaux de moitié, budget consommé

Lancée en 2014, le chantier de construction de la première phase du Complexe sportif affiche un taux d’exécution des travaux estimé à 50%. L’infrastructure doit encore être dotée de l’hôtel, le centre commercial, des restaurants, les salles de cinéma et d’un réseau de plomberie. Dans le même temps, les peaux de pangolin installées à la hussardes à la veille de la Coupe d’Afrique des nations nécessitent des ajustements. Un projet hypothéqué par le déficit de trésorerie que connait cette première phase. Estimée à 55 milliards de Francs Cfa, la première phase de construction du Complexe sportif d’Olembe a déjà consommé 54 milliards de Francs  Cfa. Selon les données communiquées par le ministère des sports et de l’éducation physique, Magil, entreprise maître d’œuvre de la construction du Complexe sportif d’Olembe a perçu 42,8 milliards de Francs Cfa et, dans le même temps, a engagé plus de 11 milliards de factures en attente de paiement. C’est que, au moment de la reprise du projet par l’entreprise franco-canadienne, Magil, le premier maître d’œuvre, l’entreprise italienne Gruppo Piccini avait consommé 113 milliards de Francs Cfa.

La deuxième phase de construction du Complexe sportif d’Olembe prévoit la construction d’une piscine olympique et deux piscines d’entraînement, des gymnases, un terrain de handball, un terrain de basketball, un lac pour l’exercice des sports nautiques ainsi qu’un palais des sports de combat. Infrastructure additive qui a bénéficié d’une rallonge de 5 milliards de Francs Cfa dans le budget initial. Au total, l’exécution de la première phase de la construction du Complexe sportif d’Olembe a déjà coûté 162 milliards de Francs Cfa et son coût global devrait être de 163 milliards à sa livraison.

Magil exige la somme de 37 milliards de Francs Cfa

Alors que les travaux de la première phase de construction du Complexe sportif d’Olembe ne sont pas achevés et le budget prévu entièrement consommé, l’entreprise maître d’œuvre, Magil exige la somme de 37 milliards de Francs Cfa pour le lancement de la deuxième phase. Une exigence qui fait face à la mise en demeure servi à l’entreprise franco-canadienne par le ministère des sports et de l’éducation physique, maitre d’ouvrage. Sommation qui exige des justificatifs au sujet des 54 milliards de Francs Cfa dont la consommation est déclarée par l’entreprise Magil avec l’assentiment de la Task Force. L’entité dirigée par le ministre secrétaire général de la présidence de la République étant le gestionnaire des fonds alloués au projet de construction du Complexe sportif d’Olembe.

Relance du chantier compromise

L’avenir du chantier de construction (achèvement) du Complexe sportif d’Olembe est dès lors compromis. Les initiatives pour rallier les sous-traitants au projet restent vaines à ce jour. Les réunions qui se succèdent à la présidence de la République et au ministère des sports et de l’éducation physique sont loin de relancer les travaux sur le site, faute de financement. L’éventualité d’une reprise des travaux est d’autant plus incertaine que les sous-traitants du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe réclament des factures impayées depuis plus de deux ans. Les opérations de charme initiées à l’endroit de la française Razel, la belge Sartori, l’italienne Gregori et les sous-traitants locaux restent sans suite. Entreprise rendue difficile lorsque Razel réclame le paiement préalable des factures estimées à 10 milliards de Francs Cfa, Gregori 1,2 milliards de Francs Cfa, Sartori 300 millions de Francs Cfa et les sous-traitants locaux 2,5 milliards de Francs Cfa. Soient 14 milliards de Francs Cfa que les sous-traitants réclament à l’entreprise franco-canadienne Magil, maitre d’œuvre du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe.

Première olympiade africaine

Du coup, le destin des  sixièmes jeux de la solidarité islamique, prévues en 2025 à Yaoundé, est fortement compromis. Les meetings prévus dans la capitale camerounaise prévoient d’accueillir plus de 15 mille athlètes issus de 57 nationalités. L’organisation des 6e jeux de la solidarité islamique a été attribuée au Cameroun face à la candidature du Burkina Faso. Le Cameroun avait mis en exergue la disponibilité de ses infrastructures futuristes pour ravir la palme à son challenger de l’Afrique de l’Ouest.

Les sixièmes jeux de la solidarité islamique prévus en 2025 au Cameroun constituent un challenge pour le continent africain. Les olympiades organisées par l’Organisation de la coopération islamique entendent réunir tous les pays membres de cette organisation. Le Cameroun doit organiser ces jeux après la 5e édition qui se déroule dans la ville de Konya, en Turquie, du 9 au 18 août 2022. L’édition inaugurale s’est déroulée à la Mecque (Arabie Saoudite) en avril 2005. Les jeux ont été organisés à Téhéran (Iran) en 2010,  à Palembang (Indonésie) en 2013 et à Bakou (Azerbaïdjan) en 2017.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie