Afrique Politique panorama 19 octobre 2020 (0) (136)

Cameroun > La Dgsn interdit une rencontre entre la société civile et Kamto

Partager

La demande officielle introduite à la demande du Collectif Sylvain Souop n’a pas connu une suite favorable auprès du Dgsn.

Voici bientôt un mois que la résidence du Pr. Maurice Kamto est assiégée par des dizaines de policiers et de gendarmes. Seule une autorisation judiciaire permet de se rendre chez le leader du Mrc. Les autorités accusent le principal opposant au régime Biya d’appel à l’insurrection suite aux manifestations anti-Biya du 22 septembre.
Pour rendre visite à l’homme politique, ses avocats réunis autour du collectif Sylvain Souop, ont introduit une demande officielle en vue d’une rencontre des leaders de la société civile avec l’opposant. La demande

n’a pas connu une suite favorable auprès du Dgsn (délégation générale à la sûreté nationale)”,

informe Hilaire Kamga, le responsable de la plateforme Orange. Une formation politique qui entend structurer et positionner la révolution pacifique en vue de la libération du Cameroun.

Malgré ce refus, Hilaire Kamga ne se décourage pas. Une autre demande sera introduite dans les jours à venir. 

Les leaders de la société civile n’ont donc pas eu le quitus de rendre visite au Leader du Mrc. Nous entendons relancer le processus la semaine, à travers une démarche différente. Car nos libertés, y compris celle de circulation, ne doivent pas dépendre des humeurs d’une quelconque autorité”,

assure l’homme politique.

Rappelons que le Tribunal de première instance centre administratif de Yaoundé a rejeté la demande de remise en liberté de Maurice Kamto. 

Je suis passé au secrétaire du président du Tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif où j’ai déposé une requête aux fins d’être autorisé à assigner l’Etat du Cameroun à bref délai en cessation de voie de fait. Il m’a été remis requête comportant la mention au bic rouge : rejet pour absence d’urgence extrême avec la signature du président datée du 05/10/20“, avait affirmé Me Hippolyte Meli, le président du collectif des avocats de Maurice Kamto.

Sandra Embollo


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *