Home Société Afrique Cameroun > La dot: Au détour de la loi
Afrique - 20 août 2021

Cameroun > La dot: Au détour de la loi

Il y’a quelques années , le gouvernement instituait une loi encadrant la doté au cameroun. Au regard de ce qui se passe sur le terrain, tout est dans la confusion.

Voici pour mieux comprendre une affaire curieuse que révélait déjà la presse il y’a quelques années. La scène plutôt curieuse s’est déroulée il y’a quelques années dans la ville de Bertoua.

 »Alors que Simon avait réunis proches et amis pour la dot de sa belle conquête, ce dernier a été débouté par le rejet de ses présents.
Sans tenir compte du contexte actuel de crise, voici la Belle famille de Simon qui rejette la dot sous prétexte que c’est très peu pour épouser leur fille.

La fiancée en question, Marcelle, serait diplômée en Master 2 de l’Université d’Urbanisation de Lomé au Togo.
Un background qui ferait élever les enchères de son mariage pour quiconque voudrait l’avoir comme épouse. Il est a rappelé que Simon serait à plus de 7 millions de Fcfa de dépenses. »

C’est après ce type d’imbroglio que le gouvernement camerounais prenait une loi sur la dot. Le doctorant en Droit Michel Barnabe Essama Atanga à la faculté de sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’Université de Yaoundé II Soa expliquait la question de la dot à la lumière de l’arsenal juridique qui en vigueur au Cameroun. Dans une publication datant de septembre 2016.

Il expliquait déjà que:

 »Après autant de débats consacrés sur l’opportunité ou non de la dot en droit camerounais, la pertinence sur sa valeur comme condition de validité ou non du mariage demeure. Considérée comme une institution coutumière dans un contexte d’égalité des genres, la dot représente l’ensemble des prestations d’ordre matériel ou financier fournies par l’homme, puisqu’exigées par la personne qui exerce l’autorité sur la fiancée, moyennant le consentement au mariage de ladite personne. »

Arguant en effet sur la question de la dot que :

 »Ce qui est déplorable dans cette exigence de la dot, c’est que l’homme après avoir doté sa femme, la considère comme son « bien », sa « chose » qu’il a chèrement acquis. Il s’ensuit donc que ce sont les filles qui sont aujourd’hui victimes de la cupidité des parents, puisque celles-ci n’auront pas droit à la parole dans leurs différents foyers. C’est ce qui justifie les multiples protestations féminines qui ne cessent de défrayer la chronique donnant la possibilité aux hommes en réaction à celle-ci, de changer d’attitude en demandant eux aussi à être dotés. »

Le nouveau code pénal au Cameroun dit pour tant halte aux abus dans la dot. Devenue un moyen d’enrichissement pour certains, le législateur, à travers l’article 357 du Code pénal a tenu à mettre des garde-fous.

Article 357 – Exigence abusive d’une dot
(1) Est puni d’un emprisonnement de trois (03) mois à cinq (05) ans et d’une amende de cinq mille (5 000) à cinq cent mille (500 000) francs ou de l’une de ces deux peines seulement :
a) celui qui, en promettant le mariage d’une femme déjà mariée ou engagée dans les fiançailles non rompues, reçoit d’un tiers tout ou partie d’une dot ;
b) celui qui reçoit tout ou partie d’une dot sans avoir remboursé tout prétendant évincé ;
c) celui qui, sans qualité, reçoit tout ou partie d’une dot en vue du mariage d’une femme ;
d) celui qui exige tout ou partie d’une dot excessive à l’occasion du mariage d’une fille majeure de vingt et un (21) ans ou d’une femme veuve ou divorcée ;
e) celui qui, en exigeant une dot excessive, fait obstacle, pour ce seul motif, au mariage d’une fille mineure de vingt et un (21) ans ;
f) l’héritier qui reçoit les avantages matériels prévus aux alinéas précédents et promis à celui dont il hérite.
(2) Chaque versement, même partiel de la dot, interrompt la prescription de l’action publique.

Définie simplement, la dot semble inoffensive. Elle incarne un cadeau de mariage généralement de l’argent offert par la famille d’une mariée à celle du marié dans le but de solidifier l’union du couple.

Mais en s’attardant sur ce sujet, on découvre un système aussi mauvais et nuisible pour les droits des femmes que le mariage des enfants, la mutilation génitale féminine et les systèmes de tutelle masculine.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…