Home Economie Afrique Cameroun: le ministre des Finances insiste pour la réhabilitation du directeur national de la Beac
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun: le ministre des Finances insiste pour la réhabilitation du directeur national de la Beac

En colère, Louis Paul Motaze exige que le mandat de Blaise Eugène Nsom, mis à la retraite le 6 janvier, soit prorogé d’un an.

Par Mon’Esse

Le ministre camerounais en charge des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a demandé au gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), Abbas Mahamat Tolli, de «reconsidérer» sa décision de mise à la retraire du directeur national de l’institution financière sous-régionale, Blaise Eugène Nsom. Dans une correspondance datée du 11 janvier, il demande par la même occasion «une prorogation additionnelle, pour une durée d’un an», des activités de celui qui était en poste depuis juillet 2019.

Abbas Mahamat Tolli, rappelle-t-on, a nommé Achille Zogo Nkada ainsi que Emmanuel Asafor Cho, jusque-là premier et deuxième adjoints, pour assurer l’intérim à la tête de la représentation nationale. Ce remplacement provisoire, précisait la décision, prenait effet à compter du 1er février 2022 pour s’achever dès la prise de fonction d’un nouveau directeur national.

Regrettant que la décision du gouverneur ait été finalisée et diffusée sans concertations préalables, ainsi que cela est d’usage pour les fonctions de ce rang, le Minfi estime que «ce désaccord rendu public, pourrait susciter l’étonnement de l’opinion nationale, sous-régionale, et internationale, d’une part, tout autant que celui des acteurs habitués à la prise de ce type de décision d’autre part». Et Louis Paul Motaze de demander à son correspondant de trouver une position partagée «dans l’intérêt commun de la Beac, du Cameroun et de [la] sous-région».

Avec insistance, M. Motaze met en avant les «qualités professionnelles et humaines» de Blaise Eugène Nsom, sans oublier sa collaboration et ses contributions dans l’élaboration des réformes des finances publiques, notamment dans le cadre des programmes économiques et financiers menés avec le Fonds monétaire international (FMI). Bien plus encore, l’homme, mentionne le Minfi, a toujours fait preuve de pro-activité et de célérité dans le traitement des dossiers à lui confiés. «Dans ce contexte, il nous semble indispensable de prendre le temps nécessaire pour évaluer de façon opportune, les options de remplacement

De source autorisée, le gouverneur de la Beac a, lui aussi, vivement réagi aux observations du membre du gouvernement camerounais. A Louis Paul Motaze, Abbas Mahamat Tolli a répliqué que la mise à la retraite, le 6 janvier de Blaise Eugène Nsom était régulière, la désignation de deux intérimaires rentrant par ailleurs dans le cadre de ses attributions.

Loin de désarmer, le Minfi est revenu à la charge par écrit. Pour préciser que les termes de sa première correspondance «traduisaient les orientations des hautes autorités de la République du Cameroun». Lesquelles directives ne sauraient être en contradiction avec les usages observés à la Beac s’agissant de la politique de départ à la retraite de ses personnels ou des prorogations de mandat – parfois supérieures à 3 ans –, dont certains ont déjà eu à bénéficier.

M. Motaze, dans sa détermination à ramener Blaise Eugène Nsom aux affaires, réitère ainsi les orientations de sa première correspondance qui «ne traduisent aucunement une atteinte à l’indépendance de la Beac», mais bien «l’expression légitime des prérogatives des Etats». Sous ces échanges épistolaires entre les deux hommes, se cache manifestement une pratique de népotisme contrariée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…