Interview LA UNE Opinion panorama 8 janvier 2020 (0) (2193)

Cameroun > Législatives/Municipales 2020 > Chouebou Méfire: “Dans le Noun centre, les parlementaires ont échoué”

Partager

Chouebou Méfire, pourquoi avez-vous décidé de vous engager dans la courses pour les législatives dans la circonscription électorale du Noun-Centre sous la bannière du Rdpc ?

Il est simplement question de faire valoir mes droits de militant et responsable de base de mon parti le Rassemblement démocratique du peuple camerounais, en prenant part aux différentes activités électorales. J’ai donc bénéficié de l’investiture du parti et j’appartiens à une liste de jeunes engagés et motivés. Par ailleurs, en tant que entrepreneur de développement, je suis appelé à voler au secours de la population locale à travers un programme claire et précis. Car, en plus de la mission traditionnelle des députés que sont voter les lois et de contrôler l’action gouvernementale, nous pensons à la mise sur pieds d’une structure d’encadrement et d’accompagnement des jeunes de la circonscription, afin de réduire le chômage et la pauvreté et leur redonner espoir. Car dans le Noun-Centre, les parlementaires ont échoué. En clair, il s’agit pour moi d’être au service de la population, et des jeunes en particulier.

Quelles appréciations faites-vous du travail des parlementaires sortants de votre circonscription ?

C’est un échec total, car les parlementaires confondent leurs missions à celles des exécutifs communaux. Les comptes rendus parlementaires se font dans les lieux de deuil. Aucun bilan concret ne peut être présenté. Les discours de haine, les menaces, les injures sont les seuls verbes qu’on conjugue en longueur de journée et sur les réseaux sociaux. Il faut que cela cesse. La politique n’est pas la division. C’est la recherche du bien-être. Nous voulons faire la politique pour aider nos populations à s’épanouir et non pour les diviser et les appauvrir encore. Nous devons sortir de l’époque de la politique basée sur les attaques des personnes et les violences, les menaces etc. Nous devons sortir de cette époque où il faut détruire nos valeurs traditionnelles, jeter l’opprobre sur nos autorités administratives, pour exister. Il faut qu’on les parlementaires soient de véritables acteurs de développement, et non de la division.

Quels sont les arguments que vous entendez faire valoir pour convaincre vos électeurs ?

Au regard de la composition de notre liste, on y voit le dynamisme de la jeunesse. C’est une grande marque de confiance que nous avons eu de notre grand parti le Rdpc. C’est un atout que nous voulons faire valoir. La responsabilité qui est la nôtre aujourd’hui est de faire la politique pour le bien-être, et non pour les intrigues. Par ailleurs, nous avons un bilan élogieux de l’élite Rdpc dans le Noun. Des routes, des écoles, des centres de santé, ont été construits grâce à leur mobilisation et déploiements. Nos populations doivent le savoir et apporter le soutien nécessaire qu’il faut pour que nous, à travers nos microprojets parlementaires, que nous puissions faire plus.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *