Afrique LA UNE Politique panorama 7 janvier 2020 (0) (2287)

Cameroun > Législatives/Municipales 2020: “Massangam peut être la première commune du pays”

Partager

Pierre Ernest Mounchili, On vous connaissait comme un acteur du social, bien que militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Mais vous avez décidé de vous lancer à la conquête de la Commune de Massangam dans le Noun, au nom du RDPC. Quelles sont vos motivations?

Ce qui m’a motivé à être candidat pour le RDPC dans la Commune de Massangam, c’est la situation et le contexte dans lesquels on vit aujourd’hui. Massangam fait partie des derniers arrondissements du Cameroun en termes de niveau de développement, et pourtant c’est l’un des plus vieux. Je ne comprends pas pourquoi il y a rien à Massangam. Pourquoi est-ce que nous devons rester bouche bée sans dire et sans faire quelque chose pour notre Commune et nos populations ? Donc, c’est surtout l’envie de pouvoir apporter davantage notre contribution pour le bien-être des populations notre arrondissement que nous j’ai décidé d’être candidat aux élections municipales.
Vous parlez d’apporter davantage votre contribution au développement. Est-ce à dire que vous étiez déjà engagé dans le chantier du développement ?
J’ai créé une Fondation dans les années 2007 qui avait pour but d’apporter de l’aide aux populations de Massangam et d’autres localités. Elle avait notamment pour objectifs de créer un monde en bonne santé, bien éduqué et épanoui. Pour cela, nous avons notamment procéder à la distribution des médicaments pendant plusieurs années, à la création et la construction des centres de santé à travers plusieurs projets. Nous avons également pris en charge des démunis qui étaient dans l’incapacité de se soigner, en assurant en leur transfert dans des hôpitaux plus solides en plateau technique. Nous avons traité les populations gratuitement à travers des soins prodigués par des spécialistes emmenés par nos soins. Sur un autre plan, la formation au dépistage a été l’autre secteur clé de notre investissement. Ainsi, nous avons contribué à l’éducation à la prise en charge, à travers des séances de sensibilisation qui éduquent sur la prévention des maladies, afin d’éviter des cas de pathologies graves.
Dans le domaine de l’éducation, il faut dire que nous nous sommes également beaucoup investis. Ainsi, nous avons contribué à la construction de plusieurs salles de classes grâce au soutien des ministères de l’Education de base et des Enseignements secondaires. Nous avons également attribué primes d’excellence aux meilleurs élèves des établissements de l’arrondissement. A travers la Fondation, nous avons assuré la prise en charge plusieurs enfants venant de plusieurs régions, des orphelins. Parmi ces derniers, d’autres ont eu leur baccalauréat, certains ont obtenu la licence, le master et d’autres ont été recrutés dans la fonction publique. Tout ceci pour créer un monde bien éduqué et épanoui. Nous avons encouragé les enfants à aller à l’école. Car, c’est la voie royale de tout changement de de tout développement. Nous également avons pris en charge beaucoup de veuves. Nous avons organisé des séminaires de sensibilisation. En matière de lutte contre la pauvreté, la Fondation a créé une plantation de 200 hectares constituée de bananes-plantain, de mais, d’ignames qui a offert beaucoup d’emplois. Les élèves peuvent y travailler pendant les congés pour payer leur scolarité. Cet investissement renforce l’autosuffisance alimentaire. La Fondation a distribué des engrais. Nous avons également offert du matériel agricoles aux associations de plusieurs villages tels que les houes, les pelles et autres pour mener à bien leurs cultures agricoles.
Quelle est la vision de développement que vous avez pour Massangam ?
Massangam peut être la première commune du Cameroun. Nous nous battrons pour cela. Dans un premier temps, nous allons d’abord rendre gratuits les soins de traitement dans les hôpitaux, et créer des associations pour amener des personnes à être soignées gratuitement. Ceci à travers le programme « Ecole cadeau, santé cadeau ». Il faut également des routes, pour faciliter la circulation des personnes et le désenclavement des bassins de productions. Former les enfants sur le plan de la santé et de l’éducation. Nous allons créer des écoles professionnelles, des universités et même créer les emplois afin qu’ils puissent obtenir du travail après leur formation. Nous allons développer l’agriculture, de la pisciculture, maintenir la stabilité et la sécurité dans la zone. Sur le plan sportif, notre arrondissement doit avoir une équipe de football qui irait jusqu’en première division. Par ailleurs, nous allons accentuer l’offre des bourses aux jeunes afin qu’ils aillent se former à l’étranger. Nous allons créer des forages dans tous les villages pour distribuer de l’eau potable aux populations. Nous allons créer des sites touristiques pour des visiteurs qui pourront se loger après les visites dans nos villages.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *