Afrique LA UNE Politique panorama 10 février 2020 (0) (2273)

Cameroun > Législatives/Municipales 2020: Pour cause de tripatouillages, Elimbi Lobe annonce sa retraite politique.

Partager

L’homme politique est très fâché contre Elecam, l’organe en charge de l’organisation matérielle des élections au Cameroun.
Le double scrutin municipale et législative était ce dimanche. En attendant les résultats, Abel Elimbi Lobe, candidat du Mec pour le compte des législatives à Wouri-Centre fait son bilan et se dit très déçu d’Elecam. « Je crois que ça risque d’être la dernière élection à laquelle je participe. Parce que je suis fatigué de me battre pour une organisation des élections qui soit tout simplement conforme à la réglementation en vigueur », se prononce Elimbi Lobe.

Et d’ajouter « l’article 104 est très clair. J’ai fait tous les centres de vote. Nulle part les choses (n’ont été) organisées conformément à la législation. L’article 104 est clair. L’électeur prend lui-même chaque enveloppe, chaque bulletin et il entre dans l’isoloir, il opère son choix. D’où vient-il qu’on affecte les représentants aux bulletins de vote pour que ce soit le représentant qui donne le bulletin de vote ? Ce n’est pas prévu que les représentants donnent les bulletins de vote. Qu’est-ce qui empêche Elecam (Elections Cameroon) de faire exactement ce qui est prévu dans la loi ? ».

Selon lui, certaines personnes ont voté sans carte nationale d’identité. « A Nkongmondo on m’a appelé que les policiers disent qu’on vote sans carte d’identité. Ils ne lisent pas le code électoral ? Les présidents de commission locale qu’Elecam a recrutés ne savent pas que l’article 103 dit qu’à son entrée dans le bureau de vote, l’électeur présente sa carte électorale et qu’il se fait en outre identifier en présentant sa carte nationale d’identité ? Ils ne savent pas ça ? Quand on forme les présidents de commission locale on ne leur apprend pas les articles clés du code électoral relatif au déroulement du scrutin ? », s’interroge-t-il. Une attitude qui montre que l’ancien militant du Social democratic front (Sdf) jette l’éponge. « Gardez l’image que vous voulez ! Mais je ne peux pas passer 15 ans à me battre contre mon propre pays ! Je suis fatigué ! Dites moi si ce pays ne peut pas organiser un vote ! Un vote seulement ! On ne peut pas organiser les Can. On ne peut même pas organiser le vote conformément à la loi ? Si on ne peut pas on nous dit ! », s’exclame-t-il.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *