Afrique LA UNE Politique panorama 10 février 2020 (0) (2329)

Cameroun > Législatives/Municipales dans le Noun: Deux morts et plusieurs interpellations

Partager

C’est, du moins, la thèse développée par une source sur le terrain. En effet, des gros bras suffisamment constitués en termes d’effectifs et logistiques, après avoir intimidé les concitoyens en situation d’exercice de leur devoir civique dans plusieurs bureaux de vote à Foumban, pour les contraindre à élire la liste du parti au pouvoir, ont, illico presto, décidé d’en faire autant à Koupa Matapit. Renseignés sur leurs exactions dans la ville de Foumban quelques heures avant leur arrivée à Koupa Matapit, relève cette source, “certains électeurs s’y sont, violemment, opposés au point où des échauffourées ont viré au drame: bilan: deux morts et des protagonistes interpellés par les forces
de maintien de l’ordre”.
D’après un représentant de l’administration, ce sont des assaillants ayant commis cette basse besogne. Par contre, selon un militant de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), par ailleurs candidat aux municipales dans la commune de Foumban, joint au téléphone, “un ministre de la République a recruté des individus armés et rémunérés à hauteur de 10.000 Fcfa chacun pour voter en faveur du Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais)”. Toute chose ayant exaspéré la population électorale qui a dénoncé et fustigé, de manière farouche, cette technique de fraude. Patricia Tomaino Ndam Njoya, candidate, à nouveau, aux Législatives et aux municipales de l’Udc dans la circonscription électorale du Noun, a été victime de ces formes de violences et annonce qu’elle va intenter une procédure judiciaire contre les auteurs de ce forfait.
Signalons que cette députée sortante Udc a fait connaître sa colère hier (dimanche, 9 février 2020) dans un bureau de vote dans le Noun (Ouest). Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit Patricia Ndam Njoya, furieuse, exiger, du président de la commission communale de vote, des explications sur la gestion dudit bureau. Il s’en est fallu de peu pour que cette élue du peuple en vienne aux mains avec un responsable d’Elections Cameroon. P. Ndam Njoya s’obstinait, en effet, à avoir des explications sur la gestion de ce bureau de vote par son chef, qui, vraisemblablement, ne permettrait pas aux représentants de l’Udc d’avoir accès à la liste des électeurs ayant déjà exprimé leur vote. “Je voudrais juste savoir comment vous êtes organisés. Mon problème, c’est que les partis politiques doivent avoir accès à la liste des électeurs”, lançait alors cette femme politique, visiblement, courroucée.

Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *