LA UNE Opinion Politique panorama 19 octobre 2020 (0) (88)

Cameroun > Politique de l’équilibre régional: L’envers du décor

Partager

Dans un communiqué publié le 17 octobre 2020, Guibai Gatama, le leader de l’association dénommée « 10 millions de Nordistes », annonce qu’un collectif d’avocats commis par son organisation a fait procéder au dépôt de plusieurs requêtes aux fins de  sursis à exécution  des arrêtés du Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative portant admission définitive aux différents concours de la session 2020 de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam),devant le Tribunal Administratif du Centre.

Selon le Mouvement 10 Millions de Nordistes, les arrêtés du Ministre Joseph Le  sur  les admissions définitives à l’Enam publiés le 04 octobre 2020, viole les règles de quotas en vigueur dans les recrutements administratifs des trois régions septentrionales du pays qui n’ont obtenus que 17 ,9% d’admis contre 30% tels que prévus par les textes.

L’association de Guibai Gatama n’est donc pas d’accord avec le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative qui dans un communiqué au début de la polémique suscitée par la publication  des derniers résultats des concours d’entrée à l’Enam, explique sans la moindre indication sur l’identité des personnes, que 28% des admis sont originaires des régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua. Et que le pourcentage manquant, 02%, est justifié par la non satisfaction par les candidats originaires du septentrion, des conditions d’admission contenues dans l’article 60(3) du décret du 13 septembre 2020 sur les concours administratifs qui disposent notamment : « qu’en aucun cas, l’application des quotas… ne dispensent pas les candidats de l’obtention des moyennes de notes fixées aux articles 53 et 54 du décret » ; soit 10/20 au moins aux épreuves écrites et 12/20 aux épreuves orales.

Une rencontre entre le Ministre Joseph Le et la presse pour davantage d’éclairages prévue le 15 octobre a été reportée siné dié à la dernière minute. Mais au fond, le cas des derniers résultats des concours d’entrée à l’Enam, la plus prestigieuse des écoles civiles de formation donnant droit à un accès direct à l’emploi public de ses diplômés au Cameroun, est illustratif des graves lacunes de l’application de la politique de l’équilibre régional instituée par un décret signé par le Président Ahmadou Ahidjo le 07 septembre 1982 et réaménagé par d’autres textes dont le plus récent est un décret du Premier Ministre publié le 13 septembre 2000,fixant le régime  général des concours administratifs.

En pratique, on enregistre de flagrantes violations de ces textes régissant les concours d’admission dans de nombreuses grandes écoles étatiques par les organisateurs. Ces derniers exploitent souvent de manière perverse les zones d’ombre et autres flous qui entourent la politique des quotas pour instaurer le favoritisme, le népotisme ou encore la corruption. Les textes sont par exemple imprécis sur la répartition du nombre de places à l’intérieur d’une région ou sur les quotas ethniques dans chaque concours ; étant entendu que certaines ethnies sont disséminées dans plusieurs régions du fait  du découpage administratif.

La politique de l’équilibre régional qui aurait dû être provisoire ne devrait plus être en vigueur; car son but qui était de permettre à toutes les composantes sociologiques d’accéder à la fonction publique dans un pays pluri-ethnique, n’est  plus justifier 60 années après l’indépendance. Elle doit être abandonnée au bénéfice d’une autre politique de discrimination positive à l’instar de la politique de « l’affirmative action » pratiquée aux Etats-Unis d’Amérique, qui a notamment permis la promotion des Noirs.

A la différence de la politique de l’équilibre régional qui est permanente, celle de la discrimination positive est occasionnelle et donc exceptionnelle, s’appuie davantage sur l’équité et est en plus exposée à  un contrôle juridictionnel plus accru afin de s’assurer qu’il n’y a pas eu de violation des droits reconnus à chaque citoyen. Ce qui signifie que la discrimination positive ne s’applique pas si elle est de nature à violer les droits d’un citoyen.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eric-Boniface-Tchouakeu.jpg.
Éric Boniface Tchoukeu, Journaliste éditorialiste. Chef de Chaîne Radio Siantou. Conseiller Editorial et founding father panorama papers

En attendant, le maintien de la politique des quotas dans les concours administratifs suppose si on veut être transparent : la publication préalable du nombre de places ouvertes par région et par ethnie, voire par département ; ensuite la publication des corrections des épreuves ainsi que les critères ou barèmes de notation immédiatement après la collecte des copies des candidats ; et enfin il faut rendre public dans un temps court les résultats de tous les candidats en faisant ressortir leurs régions d’origines et leur ethnies, y compris ceux des non admis avec possibilités de réclamations ,afin de permettre à tout le monde de pouvoir se faire une idée  des candidats définitivement admis et aux recalés de pouvoir tirer les leçons de leur échec pour mieux se préparer les prochaines fois.

EBT


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *