Home Sport Afrique Cameroun > Lfpc: Des hauts responsables devant le juge d’instruction le 7 avril prochain
Afrique - 1 semaine ago

Cameroun > Lfpc: Des hauts responsables devant le juge d’instruction le 7 avril prochain

Ils se sont rendus coupables de rébellion en organisant une réunion clandestine interdite pourtant par un sous -prefet.

Selon notre informateur tour à tour, Franck Happi, Nkou Mvondo, Mvogo St Fabien, Mevono Mété Thérèse Pauline épouse Manguele, Aimé Léon Zang, Achille Essomba Mani. Kome Gerome Max, Kamdem Dieudonné, Sinkot Isaac Gilbert, Yong Jacques, Pascal Abunde Shu, Kamdem Innocent, Kati Guy Martial, Dedou Bernard et Molitangongho David Njewoh , sont attendus devant le juge d’instruction dans les heures à venir.

Mercredi le 7 avril prochain, ces responsables de clubs professionnels seront face à un juge d’instruction du Tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif de Yaoundé . A l’effet de répondre sur le fait d’avoir bravé une interdiction du sous préfet de Mbankomo qui, en octobre dernier, avait interdit la tenue d’une réunion qu’ils s’apprêtaient à tenir.

“Comptant sur des soutiens au sein du gouvernement et snobant l’autorité du Sous-prefet, Franck Happi et Cie, aidés dans leur forfait par la Fecafoot de Seidou Njoya qui leur avait accordé le droit d’utiliser les installations du centre technique de Mbankomo, les frondeurs du président Pierre Semengue avaient passé pas plus de 25 minutes sur place et avaient quand même déclaré avoir dissout la Lfpc…”

Notre source précise que ces derniers avaient été convoqués à la Police Judiciaire suite à une plainte du président de la Lfpc, Franck Happi, Nkou Mvondo et autres avaient, informe t-il :

“argué que l’adjoint du Sous-prefet leur avait délivré une autorisation de se réunir, sans que la décision du Sous-prefet d’interdire la réunion n’ait été rapportée.”

Ils avaient produit un document qui ressemblait en tous points à un faux.

“Aujourd’hui que l’affaire a pris une toute autre tournure et qu’elle est désormais entre les mains de la justice, Happi et Cie attendaient sans doute que leurs soutiens haut placés interviennent une fois de plus. Mais ce n’est visiblement pas le cas, car la responsabilité devant la loi est individuelle et le juge voudra bien savoir pourquoi et comment ils en sont arrivés là”

Affaire à suivre…

Pierre Laverdure Ombang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Sultanat des Bamoun : Qui était Rabiatou Njoya

La frangine de sa Majesté le Sultan, El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya s’est éteinte le 09 avri…