Home Economie Afrique Cameroun > Lutte contre la vie chère: Bientôt la création d’un Observatoire du marché.
Afrique - 23 juin 2021

Cameroun > Lutte contre la vie chère: Bientôt la création d’un Observatoire du marché.

Après un historique de l’inflation et ses effets pervers sur le consommateur , l’association “À nous le Cameroun” a saisi le Ministère du Commerce.

Elle a fait remarquer, indicateurs à l’appui, audit ministre l’augmentation continue des prix de certains produits de consommation de masse et de première nécessité comme le poisson,  le riz et les matériaux de consommation parmi lesquels le fer à béton et le ciment entre autres au détriment d’un pouvoir d’achat qui , quant à lui resté figé .

Une présentation faite en rapport au prolongement de son plaidoyer contre la vie chère par l’association “À Nous Le Cameroun” a , à l’invitation de Monsieur Luc Magloire Mbarga Atangana ,Ministre du Commerce , a participer à une séance de travail ce mardi 22 juin 2021 à 11 heures dans la salle de conférences de cette institution.

Les échanges libres , francs ,sincères , et décomplexés qui ont  émaillé les travaux ont permis à l’association de présenter sa démarche , ses objectifs ainsi que les enjeux autour de la lutte contre la chère.

L’association   a formulé des suggestions diverses touchant à la fois à la baisse des prix des produits concernés,  au renforcement permanent du contrôle et de la répression de la fraude, à l’homologation du prix de tous les poissons , un débat sur le sujet au parlement.

Après avoir  confirmé l’authenticité de la correspondance adressée aux importateurs de riz ,de poisson et aux responsables des entreprises en charge de la fabrication du fer à béton et du ciment les invitant à assainir leurs secteurs d’activité et partagée sur les réseaux sociaux  ces derniers jours ,le ministre a présenté le travail fait par ses services notamment la saisie d’un stock de sacs de riz estimé à 3282 , l’adoption de la solution de l’importation du riz indien face à la cherté de celu,  la diversification des variétés de poisson passée de 05 à une trentaine avec une diversité de prix selon les gammes , la libéralisation du marché du ciment mettant fin au monopole exclusif de Cimencam ainsi que celui du marché du fer , la baisse du prix du pain , l’homologation du prix de l’huile raffinée, etc .

En réponse à la question de l’homologation, Luc Magloire Mbarga Atangana a indiqué qu’elle se fait généralement de façon concertée avec les opérateurs économiques ,et que le prix fixé tient compte de nombreux facteurs comme la fiscalité, les charges douanières,  les charges liées au
transbordement , la lenteur dans les transactions bancaires les frais d’approche qui s’élèvent à 40% du prix de revient du produit  ,le tirant d’eau ,la disponibilité ou non des bateaux et des conteneurs, le coût de production, etc.

Puis, insistant sur le fait que le prix ne peut jamais être un élément statique en ce qu’il constitue un facteur de création de richesses dans l’entrepreneuriat , et que l’inflation fait partie d’un mécanisme nécessaire de l’économie , le ministre du Commerce a tout de même reconnu qu’il y a des moments où le pouvoir est obligé d’arrêter le pouvoir même dans un secteur libéralisé comme le commerce , et que le pouvoir d’achat fait partie du nœud gordien du problème de la vie chère.

Il a enfin conclu en suggérant aux Camerounais de créer davantage de la richesse compétitive , de sortir de l’individualisme et de mutualiser leurs acquisitions en période de crise afin de dépenser moins .

Dans sa réaction face à cet argumentaire, l’association À Nous Le Cameroun a dans son plaidoyer rappelé et indiqué que le capitalisme sauvage ne saurait sacrifier le consommateur et que des dispositions sérieuses soient prises pour un réajustement à la normale sinon à la baisse des prix lorsque la conjoncture s’améliore ou devient favorable, cette réalité étant difficilement vécue. Elle s’est engagée à poursuivre son plaidoyer auprès des autres acteurs de la chaîne du prix afin de provoquer dans la mesure du possible son amélioration.

Il a été décidé la mise en place d’une plateforme de réflexion , de partage et d’échange , de dénonciation intégrant les acteurs de la brigade du commerce , celle de la répression de la fraude et l’association “À nous le Cameroun”. L’idée de la création l’Observatoire du marché a également été évoquée pendant ces échanges.

Les travaux pouvaient ainsi achevés après plus de deux bonnes heures d’échanges et discussions , donnant désormais la possibilité de l’organisation d’une conférence de presse qui n’a pas pu se tenir à cette date pour des raisons logiques de coïncidence calendaire.

Pierre Laverdure OMBANG, Avec bureau de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Etats-unis > Soutien et de crédibilité: Biden reçoit l’opposante bélarusse Tikhanovskaïa

Joe Biden a reçu mercredi à la Maison Blanche l’opposante bélarusse en exil Svetlana…