Accueil EconomieAfrique Cameroun > Mafia: Des financements incompris au coeur d’une nébuleuse.

Cameroun > Mafia: Des financements incompris au coeur d’une nébuleuse.

Par correspondances , par enquête ouverte , audits et contre-enquete , des clans s'affrontent par réseaux sociaux et par personnes interposées le Cameroun est au coeur d'une guerre ouverte entre deux personnalités au somment de l'Etat.

Par panorama
0 commentaire 226 vues

Par Pierre Laverdure OMBANG

Des lignes 94 et 65 ce sont ainsi de l’argent public remis à des privés , des hommes d’affaires et hommes de médias peu connus ou très connus du grand publique. De ces sources de financement très souvent à têtes chercheuses et provenant de lignes dites spéciales logées au Ministère de l’économie du plan et de l’aménagement du territoire pour « Interventions de l’État ». Des une provision annuelle estimée à 1 000 milliards de Fcfa logés dans des caisses dites spéciales. Lors du débat général sur la loi de finances 2022 à l’Assemblée nationale, le 5 décembre dernier, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze avait expliqué pourquoi la liste des bénéficiaires de la « ligne 94 » est secrète.

La  ligne budgétaire 94 pour son cas le plus connu  est destinée à certaines dépenses de la présidence de la République et de quelques projets dits prioritaires de l’Etat. Instituée en effet pour ” gérer les accidents et les imprévus.” Pour l’économiste Dieudonné Essomba , « L’État s’est retrouvé en difficulté parce qu’on n’avait pas prévu un budget pour gérer ce genre d’événements, on a donc décidé de créer une ligne pour gérer ce genre d’événements : c’est la Ligne 94; c’est une ligne de provision. ». Et qui aura donc servi à gérer certaines situations mais dont l’usage a été détourné et tranformé en budget bis disait t’il dans une interview accordée à la chaîne de radio Abk.

De cette fameuse ligne 94 on en a entendu. Des financements octroyés a des amis par les gestionnaires comme c’est la cas avec de nombreux hommes d’affaires camerounais. Meme des plus insoupçonnés. Une source de financement mis au grand jour à la face des camerounais qui parois s’interrogeaient sur les véritables sources de financement de ”nos nouveaux riches”. Le cas le plus patent étant l’enrichissement rapide et éclair du Magna de la presse camerounaise Jean Pierre Amougou Belinga, patron du groupe l’Anecdote un consortium de plusieurs entreprises de presse et autres.

Au coeur d’un réseau peu connu , l’homme d’affaire à bénéficier des ”largesses ” et de sa proximité avec le ministre des finances Louis Paul Motaze alors ancien ministre de l’économie , du plan et de l’aménagement du territoire (minepat). Très influent désormais,Jean Pierre Amougou Belinga est celui à travers lequel s’opère au grand jour là.geurre ouverte entre Ferdinand Ngoh Ngoh et Louis Paul Motaze.

Pour mieux comprendre …

Il faut revenir à l’affaire qui oppose le magna de la presse à la direction générale des impôts. Modeste Fatoing , Directeur général des impôts opère un redressement fiscal à hauteur de plus de 17 milliards de francs cfa imputés à Jean Pierre Amougou Belinga.Une levée de bouclier avait amené , les impôts par la force du ministre des finances à revoir la copie qui a un goût un peu trop fort pour l’homme d’affaire. Louis Paul Motaze affiche clairement sa sympathie pour homme d’affaire, alors que Modeste Fatoing ,directeur général des impôts et protégé de Ferdinand Ngoh Ngoh est jeté en pâture et essuie des insultes des médias de l’homme d’affaire.

Plus loin , en mars 2021 déjà , il faut se souvenir que Ferdinando ngoh ngoh faisait tenir à la ministre en charge du contrôle supérieur de l’état d’une enquête instruite par le président de la République concernant les lignes 94 et 65. Une affaire pas trop du goût de Louis Paul Motaze qui va avaler des couleuvres sans pour autant pas négliger ce qui s’annonce là!

Avec la covid 19 et la Can au Cameroun , c’est le tout Cameroun qui découvre qu’il y’a plus que de l’animosité entre les deux hommes qui s’affrontent par correspondances et actes administratifs qui en disent long. Ferdinand Ngoh Ngoh va même jusqu’à d’octroyer des pouvoirs qui s’étendent à la gestion des finances de la République du Cameroun mettant en mal ,le principal concerné qui est Louis Paul Motaze le ministre des finances pourtant. Une task force est créée et logée dans les services du secrétariat général a la présidence de la République .Une sorte de comité opérationnel , une forme d’organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée. Une sorte de manœuvres savamment orchestrées semblent consolider le pouvoir autour du secrétaire général de la présidence, au détriment du premier ministre, relégué au rang de simple spectateur et bien au delà des autres ministres du gouvernement de la République.La gestion de la Can 2019 et des fonds covid 19 y passent.

Il faut rappeler qu’ici avec l’annonce, en février 2019, que M. Ngoh Ngoh avait désormais reçu la délégation de signature du chef de l’État, son pouvoir s’accroît. Alors que , devant l’alternance se dessine et qu’en face Louis Paul Motaze ne voir que du feu. C’est connu , les deux hommes ne se portent pas à coeur. Les ambitions sont bien grandes pour chacun après Biya.

C’est la guerre ouverte désormais entre les deux hommes. Les médias s’en délectent.Chacun ayant désormais choisit son camp en fonction des financements reçus de l’un et ou de l’autre et même parfois des deux camps. Au milieu , des éléphants qui se bousculent , Jean Pierre Amougou belinga. Donc les affaires sont relayées et gérées en haut par correspondances interposées. Qui souvent par décisions ministérielles sont bénéfiques pour l’homme d’affaire ou parfois malheureusement après des ” hautes instructions” de la présidence de la République reviennent au devant de la scène.

On peut donc voir comment subtilement se fait cette guerre a travers cette homme qui semble désormais être au centre de tout. Enlever des griffes des impôts par le ministre des finances Louis Paul Motaze et remis dans la fournaise des impots après des hautes instructions du présidence de la République répercutées par le secrétaire général Ferdinand Ngoh Ngoh , qui lui même quelques heures après serait au centre d’une nouvelle enquête ouverte par le ministère des finances sur les bénéficiaires des lignes 94 et 65 , très souvent mis à la disposition de la présidence de la République. Une enquête qui curieusement couvre la période de 2010 a 2021.

A coups de milliards…

Des sommes astronomiques dépensés, des financements incompris entre audits et contre enquêtes. Un enchevêtrement d’événements et de soutien clair et obscure , des positions affichées de juge et partie avec au fond une guerre dure et désormais affichée entre les deux hommes. A la présidence, un qui veut tout contrôler et au ministère des finances un autre qui ne l’entend pas de cette oreille. Et au milieu , des hommes d’affaires qui tirent profits d’un ”combat ” qui pourrait être très dangereux à l’avenir .

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens, sans mécène pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie