Afrique LA UNE Société panorama 31 juillet 2020 (0) (748)

Cameroun > Malaise: La galère des enfants de Mbarga Nguelé.

Partager

Un fonctionnaire de police dénonce sans vergogne les mésaventures et le malaise profond au sein des forces de sécurité.

“Je signale une injustice que subi depuis la fin de ce mois de juillet courant les fonctionnaires de police qui habitent les logements dans les différents camp de la police du Cameroun.

En effet ces derniers ont vu leurs primes de non logements supprimés sans préavis et pour des raisons qu’ils ignorent et personnes n’osent parler de peur des représailles.Il s’agit là d’une ponction de salaire arbitraire car comment comprendre qu’un responsable qui a droit à une résidence de fonction voit son salaire de catéchiste encore coupé ?

Alors que ces mêmes ministres jouissent de tous les avantages liés à leurs fonctions. Où est passée l’application de l’article 2 inhérent aux avantages liés à une nomination à un poste de responsabilité?

C’est du pur banditisme ! Faut il comprendre par cette ponction des salaires de certains policiers que ces derniers lorsqu’ils seront nommés ailleurs ils pourront donner ces logements en location à leur guise ? Vraiment le Cameroun !

Comment feront ils pour bénéficier de cette prime de non logement en cas de nouvelles responsabilités dans d’autres villes du pays qui n’ont pas de logements de fonction ? Ils vont reconstituer les dossiers avec toutes les tracasseries que cela comporte ?

Alors que les simples avancements supposés être automatiques les ont dépassés ? À cette allure ces responsables de la police victimes de cette injustice ne pourront pas travailler sereinement. Voilà ce qui se dit tout bas à la police camerounaise car personne n’ose soulever le moindre petit doigt. Mon frère j’ai honte d’être policier car ce sont des personnes qui n’ont aucun droit dans ce pays raison pour laquelle ils sont traités comme des larbins.

Voilà la situation qui prévaut au sein de la sûreté nationale du pays c’est vraiment triste ! Je souhaiterais que vous attirez l’attention de l’opinion nationale sur cette injustice ces abus dont nous sommes victimes.”

Joël Onana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *