Home Opinion Science Cameroun > Mangeoire: Ces universitaires qui tourne le dos à la science pour servir des intérêts obscurs
Science - 14 juillet 2021

Cameroun > Mangeoire: Ces universitaires qui tourne le dos à la science pour servir des intérêts obscurs

A l’aube des indépendances, le Cameroun était considéré comme le quartier latin de l’Afrique.

Qui ne se souvient pas des noms de Mongo Beti, Eboussi Boulaga, Marcien Towa, Marcien Towa, Engelbert Mveng, René Essomba, Jean Baptiste Obama, Thomas Meloné etc. De véritables valeurs sûres. Des hommes qui ont choisi de mettre leur statut de surdoué au service de la vérité et la justice. Des citoyens de ce pays qui ont refusé de faire prévaloir leurs diplômes uniquement pour avoir du pain.

Nous croyons que le plus grand malheur du Renouveau c’est d’avoir obligé les Universitaires camerounais à déserter les amphis, pour de vulgaires postes de Directeurs et Sous directeurs pour se mêler au propre et au figuré. Et nous voyons comment le pays est en lambeaux avec la complicité des universitaires.

Ahidjo, en bon manœuvrier avait réussi à mettre ce grand capital au service du bien être des camerounais. En refusant de suivre les pas de son illustre prédécesseurs dans ce registre, Paul Biya a ouvert largement la porte à la déchéance de la recherche. Un universitaire est un homme qui met son intelligence et ses connaissances au service de la vérité et la justice.

Un universitaire ne doit pas sombrer dans le nombrilisme et la veulerie comme on peut observer au Cameroun.
Le génie est un esprit supérieur. Mongo Beti , un génie de sa génération était un homme d’idéologie. Il ne pouvait pas s’accommoder à des rôles ingrats. Mongo Beti a toujours refusé des postes. Il croyait au mérite et à l’excellence.

Même Fochivé dans ses mémoires a reconnus les qualités supérieurs de Mongo Beti. Nommé Proviseur au Lycée de Poitier, le célèbre Écrivain a décliné l’offre. En effet, très concentré dans les oeuvres de l’esprit. Une question se pose: pourquoi au Cameroun, tous les universitaires courent derrière des petits décrets dont ils pouvaient se passer? Il y’a vraiment matière à réfléchir.

Alfred Obama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Finance locale: Les députés à l’école

C’est une réalité à travers le 24ème forum d’échanges entre la Chambre des comptes de la C…