Home Politique Afrique Cameroun > Marches pacifiques du 22 septembre 2020: Alain Fogue se fâche et porte plainte contre le Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale
Afrique - Politique - 22 janvier 2021

Cameroun > Marches pacifiques du 22 septembre 2020: Alain Fogue se fâche et porte plainte contre le Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale

Dans la plainte qu’il a fait parvenir au commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire de Yaoundé, le Trésorier national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) accuse le concerné pour ”arrestation et séquestration, torture, traitements inhumains cruels et dégradants et dégradation en complicité et coaction”.

Alain Fogue Tedom dénonce, dans sa plainte, la privation de liberté sans motif et sans titre d’arrestation pendant plus d’un mois par ses bourreaux  et relève que son arrestation a été accompagnée de sévices corporels et moraux. L’auteur relate l’ensemble des formes de tortures physique et morale subies avant, pendant et après son interpellation, tout autant que celles vécues durant sa détention dans les geôles du Secrétariat d’État à la défense (Sed). L’homme politique part de ce constat de faits qu’il impute au Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale, Yves Landry Etoga Galas et à ses proches collaborateurs pour statuer sur le fait que seul le Tribunal militaire, en référence à l’article 8 du Code civil militaire, est seul compétent pour connaître des infractions de toutes natures commises par des militaires ou par le personnel civil en service dans les forces de défense.

A. Fogue décrie, dans la même veine, les instructions du patron de la gendarmerie nationale et les agents du chef d’escadron, Dieudonné Bialo, qui, affirme-t-il, l’ont torturé et l’ont empêché de comparaître devant le juge de l’habeas corpus. Le patron des finances du Mrc, au vu de cet amas de faits relevés, attaque Etoga Galas au Tribunal militaire. A. Fogue avait été interpellé dans la nuit du 21 septembre 2020 alors qu’il allait s’enquérir de la situation du président national du Mrc, Maurice Kamto, dont la séquestration était alors entamée. Elle avait duré 78 jours.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Sanction: Le ministre du commerce interdit la vente de l’eau sano sur l’ensemble du triangle national

Le ministre des mines et de l’eau lui a emboîté le pas après la diffusion d’un…