Home Politique Afrique Cameroun > Marchés publiques: Le Maire de Ndikiniméki indexé dans un scandale de 21 millions de Fcfa
Afrique - 12 juillet 2021

Cameroun > Marchés publiques: Le Maire de Ndikiniméki indexé dans un scandale de 21 millions de Fcfa

Le Maire, Patrice Bessoubel, embourbé dans un détournement de 21 millions de Fcfa.

Bessoubel, l’homme providence,
Bessoubel l’homme de la situation
dans le développement de la commune de Ndikiniméki, Bessoubel
le bâtisseur et encore quoi? Quand on fait dans du griotisme journalistique ou culturel, il est aisé de peindre en blanc ce qui est noir. C’est normal, puisque c’est un choix. Dans une démonstration agencée et suivie, votre journal a levé les lièvres qui meublaient le compte administratif et les comptes de gestion lors du dernier conseil municipal. Les griots ont tout dit, mais personne n’a contredit les chiffres. Les tares qui entourent la gestion du maire sont aujourd’hui connues. L’arrondissement de Ndikiniméki est en danger. Son développement et son épanouissement sont hypothéqués par le Maire Bessoubel qui aujourd’hui s’illustre comme un voleur de grand chemin. Comment un marché public réceptionné au rabais, peut-il se transformer en don du maire ?

Les preuves parlent d’elles-mêmes et
il est temps pour l’administration, le conseil
municipal et les populations de l’arrondissement de Ndikiniméki de prendre rapidement des dispositions nécessaires pour le mettre hors d’état de nuire.

Le dernier scandale

Après avoir démontrer qu’il peut acheter
deux tricycles Bazar 220 cc pour enlèvement des ordures à 9 millions de francs Cfa et amplifier les lignes de dépenses pour détourner les fonds destinés au développement de la commune de Ndikiniméki, le maire vient une fois de plus de tomber le masque de la corruption, du favoritisme, du népotisme et du parti pris dans le cadre de la passation des marchés liés à l’équipement des centres de santé intégrés de Ndokowayen, Boutourou et Ndiki-urbain. 21 millions au total, soit 7 millions par centre. Et comment ?

Le jeudi 15 Avril 2021 dans
la salle de la Mairie de la Commune de
Ndikiniméki, Maître d’Ouvrage , la Commission interne de passation des Marchés a procédé à l’ouverture
des offres. Il est question de l’équipement
en matériel médical de trois (03) Centres
de santé de la Commune de Ndikinimeki.
Il est constant que, dans les appels d’offres,
ou des appels à manifestation publiques,
passés dans le cadre de l’équipement des
structures, les articulations à soumissionner révèlent expressément les délais de dépôt des dossiers et la composition attachée aux procédures de validations de celui-ci.

Il ne saurait en aucun cas être admis parmi les soumissionnaires un dossier qui arrive le jour du dépouillement. C’est pourtant ce
qui a été constaté en Avril dernier avec une
violation flagrante de la procédure. En effet,
selon des sources bien introduites, le représentant du Ministère des marchés publics qui a présidé la séance de dépouillement est arrivé avec le dossier d’un concourant en l’occurrence les « Ets la
Relance » et l’a déposé personnellement
à 10h25mn.

Non-respect des délais.

Ce qui porte à croire qu’il y avait une prise d’intérêt dans cette démarche et des accointances avérées. Cette démarche mettait hors-jeu les autres concurrents qui avaient, dans les délais, déposé leurs offres. Parmi ceux-ci, l’on cite la structure «International Médical Consulting » .

Et pour jouer les flutes de la digression, il fallait trouver des subterfuges d’élimination qui ne cadraient pourtant pas avec l’orthodoxie des dépouillements. C’est ainsi que, le représentant de I’international médical consulting sera interpellé sur le fait qu’il n’a fourni qu’un seul exemplaire des documents (Armp et Cnps ) au lieu de 03 exemplaires.

Or, l’attestation de l’Armp ou de la Cnps
n’est délivrée que pour un marché peu importe le nombre de lots que ce marché
contient. Il fallait trouver la petite bête. Au
regard de l’offre technique et financière de
Imc qui pour selon certains érudits encrés dans
les marchés, cette offre, disent-ils était bien
montée et moins disante (5.200.000 Fcfa
Hors Taxes et 6.201.000 Fcfa TTC par
lot).

Par contre, le dossier qui a été présen￾té le jour de l’ouverture des offres et qui
concernait les « Ets la Relance », laissait
dévoiler des incongruités criardes et non
respectueuses de la législation et de la règlementation. Pour illustration, l’on pouvait constater que les « Ets la Relance » ont présenté une offre financière par lot fixée à 7.000.000 FCFA Hors Taxes et 7.000.000 Fcfa Toutes charges Comprises en violation du code général des impôts. Ici, l’on pouvait souligner le non-respect de l’application de la Taxe sur la valeur ajoutée (19,25%) et Impôt sur le revenu (5,5% ou 2,2%) exigibles dans le dossier de demande de cotation, qui précise que « chaque soumissionnaire dans la pré￾sentation de son offre tiendra compte de son régime fiscal pour le calcul des taxes », ce qui constitue un non-respect des modèles de pièces de demande de cotation (Art 8 – Recevabilité des offres).

Ce constant flagrant devrait inéluctablement entrainer son élimination directe. Poursuivant, Il faut également noter que « l’Ets la Relance » n’a pas fourni de délai de livraison dans son offre, ce qui est un critère de qualification des offres (art 12 de l’Avis de Consultation). Pour démontrer le parti pris dans le cadre des procédures de passation des marchés, « l’International Médical Consulting » (Imc) qui présentait l’offre
la moins disante, n’a pas reçu de copie du
procès-verbal d’ouverture des offres mal￾gré sa sollicitation auprès de la commission interne de passation des marchés, placée sous la très haute autorité du Maire de la commune de Ndikiniméki, conformément au règlement particulier de la consultation (Art 9 – Alinéa 9-2).

Les boutades dans ces procédures sont nombreuses et dévoilent le caractère partisan dans l’attribution de
ce marché. « L’Ets la Relance » lors du dépouillement a produit trois (03) originaux et
18 copies, ce qui est contraire aux normes
de la présentation contenue dans ladite demande de cotation (voir article 7-Cachetage et Marquage des Offres et article 10
– Attribution qui précise. Dans une articulation intitulé NB il est précisé que : « un
soumissionnaire peut solliciter plus d’un
lot à condition de produire un dossier
de consultation en bonne et due forme
pour chaque lot sollicité avec quittance
du dossier de caution de soumission par
lot » Une autre articulation qui déboutait
de fait « l’Ets la Relance ».

Ce qui devrait entrainer également son élimination. Malgré tous les arguments et preuves qui concouraient au choix de IMC, la commission de passation des marchés a attribué le marché à « l’Ets La Relance ». Contre quoi ?

surement des pots de vins et des dessous
de table pour contenter tous les membres
de la commission. Une situation qui est aujourd’hui dénoncée et qui fera l’objet d’une attention particulière qui pourrait virer à une procédure judiciaire.

Autoglorification.

Faut-il confondre le Budget d’investissement publics et la générosité d’un
maire qui n’a rien fait de particulier pour les
populations depuis son accession à la tête
de la commune de Ndikiniméki ? Monsieur
Bessoubel Patrice s’illustre encore négativement en détournant le matériel du Budget d’investissement public
destiné aux centres de santé de Boutourou, de Ndokowanen et au dispensaire de
Ndiki-Urbain.

Curieusement, la commission
communale de passation des marchés pu￾blics a sabordé toute la procédure pour
imposer le soumissionnaire qui aurait géré
les dessous de tables. Résultats des courses,
l’entreprise « International Médical
Consulting » dont le dossier était le mieux
constitué s’est vu écartée de la course sans
aucune forme d’explication au profit d’une
entreprise concurren  » La Relance  »
dont le dossier fiscal seulement laisse voir
des irrégularités. Toutes manœuvres visiblement mises en place pour la disqualifier et
faire passer cette entreprise, qui était déjà
favorite. Passé la procédure, la distribution
de ce matériel en est une nouvelle paire de
manches à négocier. Les populations n’ont
pas eu droit à la vérité.

Ce matériel dont on peut douter des quantités dans le cadre de leurs réceptions pue de la filouterie en plein nez. Le BIP a été directement confondu à la générosité et la gentillesse de Monsieur le maire Bessoubel Patrice.

En effet, l’homme a fait le tour des structures pour remettre le matériel médical réceptionné au rabais, en
signifiant aux structures récipiendaires qu’il
s’agit là d’un don de matériel qu’il a trouvé
bien de leur apporter comme aide à l’amélioration de leurs différentes prestations.

Il pourrait être poursuivi pour détournement. L’homme n’a pas manqué d’ajouter qu’au-delà du don de la commune
de Ndikiniméki, il a dû rentrer dans ses
propres économies pour en ajouter. Preuve
de sa magnanimité et de son souci constant
de voir les populations en bonne santé.

Or
il s’agit là d’un détournement flagrant. Car
comment comprendre qu’un matériel issu
des fonds de l’Etat pour l’épanouissement
des Csi, deviennent subitement un don d’une
structure locale et pire encore la preuve
de la générosité d’un individu, fût-il maire ?

.
Jusqu’à quand le maire fera-t-il de la commune de Ndikiniméki une épicerie ou il
peut décider comme il veut, favoriser qui il
veut, autant que celui-là, lui donne un quota
intéressant dans les marchés à passer ? Et
les conseillers municipaux qui cautionnent
cette fourberie savent-ils quels risques ils
encourent ?

Pourquoi choisir de tromper
les populations qui vous ont fait confiance
et de voler ce qui leur est destiné ? Les
coûts de matériels sur les factures et la
quantité de matériel reçus contrastent et
donnent à se questionner sur les mécanismes d’acquisition et de redistribution.

Le maire a-t-il été dupé par le fournisseur ?
Que non, comme ancien secrétaire général
de mairie, il maitrise les ancrages des détournements et de distraction des fonds.
Le maire a-t-il choisi de duper les popula￾tions en servant de la pacotille à la place
de l’or ?

C’est l’évidence quand il est certains qu’il veut par tous les prix prêcher par l’autoglorification. Toutes ces questions et
bien d’autres restent sans réponses, car les
faits sont implacables. Les populations ont
naïvement félicité et remercié Monsieur le
maire Bessoubel Patrice dans l’ignorance
des mécanismes qui entourent les BIP et
les marchés publics. Véritablement, la honte
a quitté le cœur de ce polichinelle qui se
prend très au sérieux.

L’éthique du service
public désintéressé ne participe pas de ses
préoccupations.

Avec, Richard bondol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…