Home Politique Afrique Cameroun > Maurice Kamto: Un Albatros exilé sur terre?
Afrique - 4 novembre 2021

Cameroun > Maurice Kamto: Un Albatros exilé sur terre?

Le poète mirifique Maurice Kamto s’est offert au public ce mercredi 3 novembre 2921.

Un pan de voile levé sur la singularité de sa pratique politique.
« Je ne vous trahirai jamais »,  » le changement dans la paix », « je me bats pour vous », sont là quelques clichés triés sur le volet du discours politique du leader du Mrc. Une frange importante de l’opinion n’a pas encore fini de se demander si Maurice Kamto n’est pas une sorte de « pasteur », « d’homme saint » entré dans cette mare de crocodiles et de caïmans qu’est la politique au Cameroun.

Pour preuve, après avoir commis le crime de lèse-majesté en démissionnant du gouvernement en 2011, l’opinion s’attendait dès lors aux représailles consécutives à cet affront quand en 2012,  il créait son parti politique. Précisément parce que l’Epervier tant attendu par certains et redouté par d’autres n’a pas sorti ses serres à son encontre, on a vite fait de franchir le pas que cet homme est de toute évidence différent de beaucoup de ses pairs de la classe politique. Pour l’essentiel, c’est connu, l’essentiel des politiques se vautre complaisamment dans la merde de l’indécence, jouant le plus souvent une carte personnelle avant tout.

Pour illustration, il suffit de faire une comptabilité des membres du gouvernement qui peuplent la prison de Kondengui ou l’attitude plus que revérencieuse de tous les ministres partis du gouvernement à l’égard du régime. Maurice Kamto de ce point de vue fait figure d’exception parce qu’il est resté constant dans son opposition au régime de Paul Biya. Les opposants traditionnels à l’exception de l’Udc ont vite fait de passer à la soupe soit officiellement d’entrer dans une alliance de gouvernement. La mobilisation de l’opposition derrière l’homme de droit, confirme cette mutation du champ politique même si au finish, c’est Paul Biiya qui rempile.

En suivant Maurice Kamto ce mercredi 3 novembre 2021, la conviction est nette que l’homme est une race différente de ce qui a court habituellement car il se positionne comme œuvrant pour la manifestation d’un Cameroun affranchi de toutes les cohérences inhibitrices de l’épanouisdement de tous les citoyens camerounais. Un coup d’épée dans l’eau? C’est un complexe de répondre à cette préoccupation dans un pays où beaucoup d’hommes politiques ont vendu il y a des lustres leur parole au diable.

Maurice Kamto, un homme incompris ou un homme qui suscite la controverse par son attitude de détachement ? Un homme qui pense au développement alors que les Camerounais ont faim et soif? Un homme dont l’action est guidée par la pensée d’un développement durable face à une masse populaire engoncée dans le désir d’accumulation des biens plus que toute autre chose? Le poète Maurice Kamto est-il compris des siens dans toute la dimension de sa pensée, lui qui appelle ses concitoyens à faire un retour sur eux-mêmes pour découvrir par la pensée la réalité ontologique.

Le poète et la politique

Dans son recueil de poèmes « Les fleurs du mal », Charles Baudelaire met un point d’honneur à expliciter les tourments du poète dans nos cités. Il compare le poète à un Albatros, cet oiseau géant des mers qui dompte les airs mais une fois à terre,  ses ailes deviennent un handicap à la marche.  » Le poète est semblable au Prince des nuées. Qui hante la tempête et se rit de l’archer. Exilé sur la terre au milieu des huées, des ailes de géant l’empêchent de marcher », est la conclusion du poème éponyme.

Le poète de ce fait est haï par la société, précisément du fait qu’il ne vit pas selon l’esprit et le train du monde, car il est dans le monde mais il n’est pas du monde. Victor Hugo, un autre poète français affirmait merveilleusement que le poète est celui qui lit dans les cieux le message que tracent les doigts des anges. Le côté divin du poète, enchanteur et sentinelle. Il se tient à la brèche de la cité pour explorer quelque mal qui viendrait contre la cité. Autant dire que le poète est un veilleur, un garde qui crie aux siens les tourments qui foncent sur eux.

La question est de savoir s’il est souvent compris. Jean Baptiste, le précurseur de Jésus-Christ dans la Bible, va s’écrier :  » je suis la voix qui crie dans le désert », et au sujet de Jésus-Christ, il est dit que  » la Lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point reçue! ». Ici est exprimé toute la difficulté du présent monde de se laisser éclairer par la lumière que certains appellent vérité. Et cette vérité ou lumière elle-même, confrontée aux ténèbres produit un choc parfois mortel.

Le Christ a été crucifié par ceux qu »il était venu sauver. Kwame Nkrumah, Thomas Sankara, sont dans les mémoires fraîches des hommes d’État lynchés par les leurs. Maurice Kamto est est par contre  convaincu que le poète peut connaître du succès en politique. Il a de ce fait cité les exemples des poëtes Léopold Sédar Senghor et d’Aimé Césaire. Le Sénégalais et le Martiniquais ont été des modèles dans leur pays.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…